Le mode de calcul du Nutri-Score va changer fin 2023 pour mieux recommander les produits sains

La mise en œuvre du nouvel algorithme est prévue d'ici la fin de l'année 2023. Les entreprises concernées auront ensuite deux ans pour adapter leur étiquetage.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le Nutri-Score vise à renseigner le consommateur sur les bénéfices ou les désavantages pour la santé des aliments (photo d'illustration). (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS / AFP)

Une mise à jour nécessaire pour mieux prendre en compte les connaissances en matière d'alimentation et de santé. Le mode de calcul du Nutri-Score, l'étiquetage nutritionnel imposé en France et d'autres pays européens, va changer à partir de la fin de l'année 2023, ont annoncé lundi 24 avril les autorités sanitaires de plusieurs pays européens.

A titre d'exemple, cette mise à jour va moins volontiers recommander les boissons à base d'édulcorants, comme le Coca Light, prenant acte que des études récentes ne témoignent pas d'un avantage crucial par rapport aux sucres classiques. Lancé en 2017, le Nutri-Score fait l'objet de critiques, même parmi ses défenseurs. Sans remettre en cause son bien-fondé, certains lui reprochent le caractère obsolète ou inadapté de plusieurs de ses recommandations.

"Ce nouvel algorithme renforcera l'efficacité du Nutri-Score pour classer les aliments et les boissons en cohérence avec les principales recommandations alimentaires des pays européens", ont justifié dans un communiqué commun les autorités sanitaires ou agroalimentaires de plusieurs pays, dont la France et l'Allemagne.

Appliqué dans six pays

"Les pays se sont accordés sur une mise en œuvre coordonnée du nouvel algorithme (...) d'ici la fin de l'année 2023". Les entreprises concernées auront ensuite deux ans pour adapter leur étiquetage.

Ce dispositif vise à renseigner le consommateur sur les bénéfices ou les désavantages pour la santé des aliments en vente en magasin. Avec ses pastilles allant du vert au rouge assorties des lettres de A à E, le système est en vigueur dans six pays européens (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse). Il n'est toutefois pas étendu à toute l'Union européenne face, notamment, au lobbying de pays, comme l'Italie, soucieux de défendre les intérêts de leur secteur agro-alimentaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.