Cet article date de plus de trois ans.

Lactalis : le patron s'explique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Lactalis : le patron s'explique
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Face à l'ampleur de la crise, le discret président de Lactalis a été contraint de prendre la parole. Emmanuel Besnier a répondu au Journal du dimanche, où il a annoncé l'indemnisation à venir des victimes.

Il est l'un des patrons les plus discrets de France, mais pour la toute première fois de sa vie, Emmanuel Besnier répond à une interview. Face au scandale qui touche Lactalis, il se justifie dans les colonnes du Journal du dimanche. Il le concède, l'entreprise a tardé à retirer certains lots de lait contaminé."Lactalis préconisait un retrait des lots produits après le 1er mai et Bercy voulait remonter au 15 février. La préconisation du gouvernement était la meilleure." Le patron apporte une nouvelle information : les produits concernés sont distribués dans 83 pays, 12 millions de boîtes. 

Enquête préliminaire au pôle financier

Mais une question demeure : comment la salmonelle a pénétré l'usine ? Le patron n'a pas encore la réponse. "Au premier trimestre, nous avons fait des travaux dans cette usine. À cette occasion, la bactérie peut avoir été réintroduite à l'intérieur des installations." Emmanuel Besnier s'y engage : les victimes de la contamination seront dédommagées. Des explications insuffisantes pour l'association des victimes du lait contaminé : "Il est hors de question d'acheter notre silence. Nous continuerons de dire ce qu'on a toujours dit depuis des semaines, nous attendons d'avoir des explications sur ce qui s'est passé du début à la fin de cette histoire", a déclaré Quentin Guillemain,  président de l'association des victimes du lait contaminé. Une enquête préliminaire est en cours au pôle financier pour blessures involontaires, mise en danger de la vie d'autrui, tromperie aggravée, et inexécution de retrait ou rappel. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lait infantile contaminé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.