À Bordeaux, une université propose un frigo solidaire pour lutter contre la précarité étudiante

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
L'université Montaigne de Bordeaux met en place un frigo solidaire pour lutter contre la précarité étudiante et le gaspillage.
Article rédigé par
France Télévisions

Le campus universitaire Montaigne de Bordeaux a mis en place un frigo solidaire. Ce dispositif permet de lutter contre la précarité étudiante et le gaspillage. #IlsOntLaSolution 

La crise sanitaire a accru la précarité étudiante. Un étudiant sur dix déclare ne pas se nourrir correctement. Face à cette situation, l'université Montaigne de Bordeaux a mis en place un frigo solidaire. Cette initiative accessible à tous permet de venir en aide aux étudiants et de lutter contre le gaspillage alimentaire. 

Lutter contre le gaspillage et la précarité étudiante

Ce dispositif est géré par Gaëlle Portenart, étudiante embauchée par l'université et responsable du frigo solidaire, à hauteur de six heures par semaine. Sa mission : faire connaître le frigo qui peut être alimenté par tout le monde en produits frais. "J'essaye de discuter avec les personnes pour leur faire comprendre s'ils ont droit de toucher le frigo, d'y prendre des choses. Il y a un peu de timidité. Ils ont du mal à faire le premier pas", explique Gaëlle Portenart. 

Il s'agit du treizième frigo solidaire installé à Bordeaux. L'université à l'instigation de ce projet souhaite aussi faire évoluer les comportements. "Le but c'est de les rendre à l'aise avec ce dispositif.  Par cette éducation, on veille à ce que les pratiques changent. Que ce soit à la fois dans le gaspillage et aussi dans l'acceptation de cette solidarité alimentaire", détaille Corinne Marache, maître de conférences en histoire contemporaine à l'université Montaigne. 

L'universite souhaite prochainement étendre cette action en proposant également aux étudiants des produits d'hygiène.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.