Cet article date de plus de neuf ans.

Russie : décryptage du G20

Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Autre grand titre ce soir, la clôture du sommet du G20.

Vladimir Poutine sort gagnant de ce sommet de Saint-Pétersbourg. Les tensions sont encore visibles même sur cette photo de famille vite expédiée. Au passage pas un regard échangé entre les présidents Obama et Poutine. Ce G20 de deux jours à strict vocation économique initialement n'a pas permis a Barack Obama ou François Hollande d'élargir le camp des pays favorables à une intervention militaire. Lors du dîner d'hier soir, pour la forme, les 20 pays membres ont condamné l'emploi des armes chimiques sur le reste tout les oppose. Pour la Russie, l'origine du tir du 21 août est limpide.

Sur l'utilisation des armes chimiques en Syrie, c'est clair, c'est une provocation des insurgés.

Avis opposé dans le camp des deux pays qui asprirent à punir Bachar AI Assad.

Nous avons tous les éléments qui prouvent l'usage d'armes chimiques parle régime.

Ensemble les deux pays ont convenu d'attendre le vote du Congrès américain et les résultats de l'ONU avant d'agir militairement.

Si le Conseil de sécurité se débloquait, la France serait prête à prendre cette responsabilité.

Au bilan le camp du "non" n'a pas bougé d'un pouce. Pour autant François Hollande a pu affirmer que la France n'était pas isolée en brandissant ce papier signé par 11 pays sur 20 appelant a une réponse forte.

Si Barack Obama s'apprête à s'adresser une nouvelle fois à la nation mardi prochain, il peut s'inquiéter du résultat du futur vote au Congrès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.