Cet article date de plus d'un an.

La Norvège championne de la voiture électrique : 80% des ventes de véhicules neufs dans le pays

C'est un record mondial et la conséquence d'une politique fiscale très incitative dans ce pays du Nord de l'Europe.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un Norvégien met en charge sa voiture électrique. (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Le chiffre est saisissant : en Norvège, 79,3 % des voitures neuves vendues en 2022 étaient 100% électriques. Record mondial pour ce pays scandinave de 5,5 millions d’habitants. Si on ajoute les véhicules hybrides, on atteint plus de 93 % des ventes. Autrement dit, les voitures à essence ont, pour ainsi dire, disparu du marché.

>>> "Il y a des voitures électriques partout" : Oslo, championne d'Europe du véhicule propre

En comparaison, dans le reste de l’Europe, les véhicules électriques représentent seulement 9 % des ventes. 13 % en France. Les courbes entre le moteur thermique et le moteur électrique se sont croisées il y deux ans et demi en Norvège. Et depuis le phénomène s’est accéléré. En décembre, lors du dernier mois de l’année, l’électrique a même représenté 83 % des ventes. Cette révolution profite d’abord à Tesla, dont le modèle Y a capté à lui seul, 10 % du marché norvégien l’an dernier. Viennent ensuite des modèles de Volkswagen et de Skoda.  

L'enjeu de l'absence de TVA à 25 %

Cette conversion ultra-rapide de la Norvège à la voiture électrique est la double conséquence d’une prise de conscience écologique et d’une politique fiscale très incitative, avec une exemption totale de la TVA de 25 % sur tous les véhicules électriques pendant toute l’année 2022. Forcément, ça fait chuter le prix. L’objectif officiel du gouvernement norvégien demeure un parc complet de voitures neuves zéro émission d’ici deux ans : uniquement des voitures 100 % électrique ou à hydrogène. Pour le nouveau gouvernement dirigé par les travaillistes, la question climatique est une priorité.

Mais l’évolution pourrait quand même être plus lente sur la fin, pour plusieurs raisons. La première, c’est la baisse des incitations fiscales. Elles ne concernent plus, depuis ce 1er janvier 2023, que les voitures d’un prix inférieur à 48 000 euros. Tesla va sortir du champ d’application. Le manque à gagner, plusieurs milliards était trop important pour le budget norvégien. Deuxième raison, le parc des bornes de recharge reste insuffisant. Il n’a pas totalement suivi l’évolution ultrarapide du marché. Il y a aussi des problèmes de compatibilité entre les différents systèmes et applications de recharge. Dernier aspect : évidemment, tous ces chiffres ne concernent que les voitures neuves. Les 4/5 des véhicules en circulation en Norvège demeurent des voitures anciennes, donc à énergie fossile.  

Le paradoxe de la production de pétrole

Il y a enfin un paradoxe : la Norvège est par ailleurs loin d’être un élève modèle sur la question climatique, pour une raison simple : c’est le premier producteur de pétrole en Europe, le 15e au monde. Presque deux millions de barils par jour. Ce pétrole est exporté en quasi-totalité. Donc la Norvège est un faux-ami du climat. Pour compléter le paradoxe, l’argent du pétrole constitue le trésor de guerre du pays, la source de son gigantesque fonds souverain de 1 200 milliards d’euros. Championne mondiale de la voiture électrique, la Norvège ne pourra donc devenir l’élève modèle qu’en tournant la page du pétrole. Ce n'est pas facile, d’autant que le secteur emploie 160 000 personnes dans le pays.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.