Allemagne : Wolfgang Schaüble, figure emblématique de l'austérité

L'ancien ministre allemand s'est éteint à l'âge de 81 ans. Adepte de la rigueur budgétaire, grand pourfendeur des déficits, son influence sur l'Europe aura été considérable ces dix dernières années.
Article rédigé par Frédéric Says
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
L'ancien ministre des finances allemand Wolfgang Schaüble, le 10 septembre 2020 au Bundestag à Berlin. (BERND VON JUTRCZENKA / DPA / MAXPPP)

Son nom ne vous évoque peut-être rien, mais l'ancien ministre allemand Wolfgang Schaüble a eu une influence politique bien supérieure à la plupart de nos ministres. C'est lui, au moment de la crise économique de 2010, qui se montre inflexible. Partisan acharné de la rigueur budgétaire, il pousse les États européens à réduire leurs dépenses, à résorber leur dette et à diminuer leurs déficits.

Grand défenseur de l'austérité, condition indispensable, selon lui, pour éviter la faillite et rassurer les marchés, après la crise des subprimes aux États-Unis. En Allemagne, il atteint d'ailleurs le déficit zéro, et il contribue à faire inscrire dans la Constitution la quasi-interdiction de tout endettement supplémentaire. C'est ainsi que se rend populaire, auprès des électeurs de la droite allemande, ce protestant qui se déplace en fauteuil roulant, depuis un attentat commis par un déséquilibré en 1990.

À l'étranger, le portrait est beaucoup moins flatteur. En particulier en Grèce. En 2015, Athènes est écrasée par la dette, traquée par les agences de notation et Wolfgang Schaüble réclame au gouvernement grec des réformes draconiennes. "Ce qui m'intéresse, c'est ce sur quoi ils s'engagent. Et s'ils ne tiennent pas leur promesse, il faut qu'il en assume les conséquences", disait-il à l'époque, sous-entendant une sortie de la Grèce de la zone euro.

Un héritage qui ne résiste pas à l'époque qui s'ouvre

Wolfgang Schaüble a donc eu une influence considérable au cours de la dernière décennie en donnant la priorité au désendettement et à la rigueur budgétaire. Mais l'héritage de cette "doctrine Schaüble" semble déjà passé. En Allemagne, l'interdiction faite à l'État de s'endetter a provoqué récemment une crise politique. La transition écologique et la guerre en Ukraine nécessitent des investissements lourds, pas forcément compatibles avec la discipline budgétaire tatillonne qui lie les mains du gouvernement allemand. Une autre entorse à la doctrine Schaüble a lieu en 2020 quand l'Europe décide d'emprunter en commun sur les marchés plusieurs centaines de milliards d'euros, pour financer un plan de relance face à la crise du Covid-19. Une entorse impensable si Wolfgang Schaüble avait été encore le ministre allemand des Finances.

Mais le combat contre les déficits ne s'éteint pas avec lui. La règle européenne des 3%, mise entre parenthèses pendant la crise sanitaire, est de retour. Elle sera à nouveau appliquée à partir du 1er janvier 2024. Les gouvernements européens sont donc à nouveau sous surveillance pour ne pas dépasser plus de 3% de déficit public. Même si cette règle vient d'être légèrement assouplie, justement pour prendre en compte les dépenses d'investissements essentiels et la hausse des taux d'intérêt. Une règle assouplie, signe, là aussi, que la doctrine Schaüble ne résiste pas à l'époque qui s'ouvre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.