Tout et son contraire, France info

Tout et son contraire. Raphaël Personnaz : "J'ai failli laisser tomber ma carrière de comédien pour vendre de l'huile d'olive"

Raphaël Personnaz est comédien. Il a joué dans le film "Marius" ou encore dans "Quai d'Orsay". Actuellement à l'affiche de la pièce "Scènes de la vie conjugale", l'acteur est l'invité de Philippe Vandel dans "Tout et son contraire".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'acteur français Raphaël Personnaz, au festival de Cannes.
L'acteur français Raphaël Personnaz, au festival de Cannes. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Depuis le 3 février, l'acteur Raphaël Personnaz est sur les planches du théâtre de l'Œuvre avec la pièce Scènes de la vie conjugale, tirée du film d'Ingmar Bergman. Lui et sa partenaire Laetitia Casta incarnent un couple qui se délite et s'interroge sur la sincérité de leur amour. "Ça me passionne", affirme Raphaël Personnaz : "L'amour est la seule matière où l'on peut voir des grands physiciens ou des grands politiques redevenir des enfants".

L'acteur reconnaît d'ailleurs que cette pièce a eu des répercussions sur son propre couple : "Ce n'est pas simple, parce que vous passez votre journée à dire un texte qui forcément fait écho à des choses que vous avez pu vivre ou que vous pensez. Et le soir, vous vous retrouvez même parfois à ressortir des répliques de la pièce, relate-t-il avant de conclure : "Il faut faire attention à garder cette frontière hermétique".

Un tournage sans eau courante... mais avec de la vodka

Raphaël Personnaz est aussi connu pour ses nombreux rôles au cinéma. En 2016, il était à l'affiche du film Dans les forêts de Sibérie, un rôle dans lequel il s'est complètement immergé. Lors du tournage, l'acteur a même dormi plusieurs nuits, seul dans une cabane, à plus d'une heure de toute habitation : "Évidemment, il n'y a pas d'électricité, pas de chauffage. Il y a juste un poêle qu'il faut alimenter en allant couper du bois à quatre heures du matin par -30°C. Ça forge le courage", plaisante-t-il.

Heureusement, Raphaël Personnaz était équipé pour se réchauffer : "On avait plusieurs bouteilles de vodka, puisqu'il y a des scènes où j'en bois", se souvient l'acteur qui ironise : "De toute façon, à cette température, l'eau aurait gelé".

Raphaël Personnaz évoque un autre tournage très marquant, celui de L'Affaire SK1, qui relate la traque du tueur en série Guy Georges. Pour la préparation du film, il a pu voir quelques photos de scènes de crime : 

J'ai été obligé de retourner la photo. Je n'avais jamais vu ça de ma vie, c'était trop violent pour moi. Cette image est encore dans ma tête. Pendant quinze minutes, j'ai été sonné.

Raphaël Personnaz

à franceinfo

Au cours de cet entretien, Raphaël Personnaz raconte également avoir failli laisser tomber son projet de devenir acteur. Le jeune homme n'arrivait pas à percer. Trois mois avant d'être choisi pour incarner le duc d'Anjou dans La Princesse de Montpensier, il avait décidé de se lancer dans... le commerce d'huile d'olive !

Autre moment marquant de sa carrière, l'acteur explique avoir perdu dix kilos en 21 jours pour les besoins du film Le Temps des aveux. "Je mangeais un café sans sucre le matin, de l'eau de noix de coco le midi. Et le soir, un bouillon dans une mini-tasse", raconte-t-il. Une expérience "difficile psychologiquement".

Raphaël Personnaz relate une dernière annecdote délirante. À l'âge de 14 ans, l'adolescent fugue du domicile familial : "On avait fait un échange avec ma classe de troisième en Allemagne et j'étais tombé amoureux de ma correspondante, se souvient l'acteur. J'ai voulu aller la retrouver. J'ai pris le train avec mon meilleur ami et on s'est fait prendre par Interpol à la frontière."

L\'acteur français Raphaël Personnaz, au festival de Cannes.
L'acteur français Raphaël Personnaz, au festival de Cannes. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)