Question de choix, France info

Question de choix. Les vertus surprenantes des menus bio

Manger bio diminuerait les risques d'obésité et de surpoids, d'après une étude scientifique menée par des chercheurs de l'Inserm et de l'Inra. L'étude est d'une ampleur inédite et porte sur des milliers de consommateurs.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Près de trois quarts des fruits et 41% des légumes non bio sont porteurs de traces de pesticides, selon un rapport publié par Générations Futures.
Près de trois quarts des fruits et 41% des légumes non bio sont porteurs de traces de pesticides, selon un rapport publié par Générations Futures. (MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les aliments bio ont désormais toute leur place, même au supermarché. Ils sont plébiscités par les consommateurs français, qui craignent les pesticides. Plusieurs études scientifiques leur donnent raison. Un lien a été établi par exemple,  entre l’exposition aux pesticides et la maladie de Parkinson. Les pesticides sont aussi suspectés d’être à l’origine de certaines formes d’autisme.

Manger bio diminue les risques d'obésité

Des chercheurs de l’Inserm et de l'Inra ont découvert, c’est une première mondiale, que manger bio diminue les risque d’obésité et de surpoids. Les scientifiques ont travaillé à partir des questionnaires remplis par les dizaines de milliers de personnes de la cohorte Nutrinet santé, constituée en 2009 par, entre autre, l’Inserm et ‘l'Inra Deux études ont été menées :  une première en 2013, et une seconde qui a été publiée récemment.

La moitié des aliments d’origine végétale, en France, contiennent des résidus de pesticides

Pesticides auxquels les consommateurs sont exposés tous les jours, à de faibles doses certes, mais à chaque repas. Un consommateur de produit non bio peut ingérer, à travers la nourriture, une vingtaine de molécules différentes par jour.    

L’équipe à laquelle appartiennent les chercheurs poursuit ses travaux. Les nouvelles recherches portent sur la relation entre pesticides et cancers. Un article devrait être publié très prochainement.

Près de trois quarts des fruits et 41% des légumes non bio sont porteurs de traces de pesticides, selon un rapport publié par Générations Futures.
Près de trois quarts des fruits et 41% des légumes non bio sont porteurs de traces de pesticides, selon un rapport publié par Générations Futures. (MAXPPP)