Prenez soin de vous, France info

Prenez soin de vous. Pour la Saint-Valentin, offrez des fleurs françaises de saison

Tous les jours, Edwige Coupez propose des clés et des conseils pour le bien-être au quotidien. Aujourd'hui, offrir un bouquet de roses rouges à la Saint-Valentin est aussi absurde que de manger des tomates ou des fraises en hiver. Préférez des fleurs de saison.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une anémone, en Corse.
Une anémone, en Corse. (H. J. IGELMUND / BLICKWINKEL)

Non seulement vous n'allez pas être très original mais en plus vous allez considérablement alourdir votre bilan carbone si vous achetez des roses pour la Saint-Valentin. La plupart des roses rouges vendues chez les fleuristes aujourd'hui arrivent par avion du Kenya ou d'Amérique du Sud. Chacune représente un kilo de CO2 soit l'équivalent de cinq kilomètres en voiture. Vous imaginez le bouquet ! Sans parler du coût en eau, des pesticides et des conditions de travail sur place pour ceux qui les cultivent. 

Préférez le mimosa, les anémones ou les violettes

Alors oubliez les roses pour la Saint-Valentin. Il y a plein d'autres fleurs qui poussent en ce moment : les anémones, les violettes, les cyclamens, les renoncules si vives et tout en rondeur ou encore le mimosa de la Côte d'Azur. C'est du soleil en bouquet.

Mais les fleurs ont un langage. Certains rétorqueront que ce sont les roses les fleurs de l'amour. En fait le langage des fleurs n'aurait rien de scientifique et serait une pure invention des romantiques du XIXe siècle. Alors, faites dire aux fleurs ce que vous voulez.

Des fleuristes engagés

Saviez-vous que 80% des fleurs vendus en France sont importées. Pour encourager et soutenir la production française, le label Fleurs de France a été créé il y a 2 ans sous l’impulsion du ministre de l'Agriculture de l'époque, Stéphane Le Foll. 

Un collectif de la fleur française a vu le jour dans la foulée. Il propose sur son site un annuaire des fleuristes engagés. Mais il existe aussi plein de petits artisans passionnés, qui n'ont pas les moyens de payer ce label. Allez discuter avec eux. C'est le conseil de la journaliste Sixtine Dubly, co-fondatrice du collectif. "Quand on va chez son boucher, son fromager ou son maraîcher, la personne sait raconter normalement d'où vient son produit et le simple fait de le faire parler, on voit s'il se passe quelque chose ou si ça vient d'un grand centre où s'il n'y a rien à raconter !"

Récolter son bouquet soi-même

Pour la Saint-Valentin, Sixtine Dubly vous conseille de laisser parler votre créativité. Pourquoi ne pas aller cueillir votre bouquet vous-même dans la nature ? Et pourquoi forcément des fleurs ! "Ce qu'il y a en cette saison et qui sublime, ce sont les branchages. Les bouquets de branchages en hiver, c'est très élégant !"

Une autre solution revient à la mode et a le mérite de durer plus longtemps, les bouquets de fleurs séchées. Et si vous tenez vraiment à offrir des roses, cherchez des roses labellisées, Max Havelar par exemple.

Une anémone, en Corse.
Une anémone, en Corse. (H. J. IGELMUND / BLICKWINKEL)