Planète influenceurs. Depuis Montréal, Shina Novalinga popularise la culture inuite

écouter (2min)

Cet été, franceinfo vous emmène à la rencontre des influenceurs et des influenceuses du monde. Chaque jour, un homme ou une femme qui s'engage et met sa notoriété numérique au service d'une cause. Shina Novalinga, une jeune Inuite de 22 ans, fait découvrir un pan de sa culture : les chants de gorge traditionnels.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Shina Novalinga sur son profil TikTok. (CAPTURE D'ECRAN TIKTOK)

Shina Novalinga, étudiante à Montréal de 22 ans, s'ennuyait l'an dernier, en plein confinement. Pour s'amuser, elle se filme avec sa mère en train de chanter selon la tradition inuite. Les deux femmes se font face, leurs visages distants de quelques centimètres seulement, chacune tenant les bras de l'autre. Un partenariat et une compétition à la fois.

@shinanova

Throat singing with my mom #nunavik #nunavut

♬ original sound - Shina Nova

La vidéo est postée sur TikTok. Un an plus tard, Shina Novalinga est suivie sur le réseau social par près de trois millions d'abonnés. "Aujourd'hui, je vous mets au défi d'apprendre à chanter avec votre gorge", lance-t-elle dans l'un de ses posts. "Assurez-vous que vous avez de l'eau à côté de vous… Répétez après moi !" Sa voix, sa respiration, sont d'abord lentes et détachées, puis de plus en plus rapides.

À la découverte des chants, légendes et coutumes

Le chant de gorge a presque disparu parce qu'il a été longtemps interdit par les missionnaires chrétiens qui voyaient dans cette pratique un terrible péché.  Shina Novalinga veut le populariser à nouveau. "Parfois, nous imitons le son de la nature, parfois le son des animaux, explique-t-elle sur une chaîne de télévision canadienne. C'est bien plus profond qu'une simple chanson. Au début j'avais toujours peur de la réaction des gens. J'avais peur d'être jugée, à cause de ma différence." Grâce à cette pratique, elle dit réussir à se connecter à sa spiritualité.

Au-delà de ces chants, Shina Novalinga entend faire découvrir plus largement sa culture : les légendes inuites, les coutumes, la confection de vêtements extrêmement chauds ou les repas traditionnels, comme le béluga qu'elle affectionne particulièrement. "On mange le Béluga complètement cru, on ne le cuisine pas. C'est très sain, explique-t-elle. Le béluga a eu une vie sauvage heureuse, et s'il vous plaît, tous ceux qui commentent en disant que c'est cruel, que les bélugas sont mignons, nous sommes complètement d'accord ! Ce sont des créatures intelligentes, elles sont belles, et nous sommes très reconnaissants de ce qu'elles donnent à notre communauté."

@shinanova

Some of our favorite traditional meal, "Mattaq" #indigenous #inuit #culture #beluga #traditionalfood @kayuulanova

♬ original sound - Shina Nova

Le cliché du baiser esquimau

Portée par son succès sur les réseaux sociaux, Shina Novalinga rappelle également l'histoire de sa communauté, les violences et abus subis, et elle démonte plus légèrement aussi quelques clichés. Figurez-vous par exemple que le "vrai" baiser esquimau, ce n'est pas se frotter nez contre nez. "Vous devez arrêter de dire que ça c'est un vrai baiser esquimau ! Ça... c'est un vrai baiser..." Avec sa mère, elle se lance dans une démonstration filmée. Le "baiser esquimau" s'avère être plutôt une pression appuyée du nez et de la lèvre supérieure sur la joue de la personne chérie.

@shinanova

You've been doing it wrong all your life #inuk #eskimokiss

♬ A Moment Apart - ODESZA - Hannah Stater

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Planète influenceurs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.