On s'y emploie, France info

On s'y emploie. Le costume cravate en voie de disparition au travail

Le costume et la cravate sont en déclin dans le monde du travail. Une étude vient de confirmer le phénomène. De quand date ce recul, comment et pourquoi s'est-il propagé à - presque - tous les secteurs d'activité ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme en costume-cravate se rend au travail en vélo.
Un homme en costume-cravate se rend au travail en vélo. (MAXPPP)

Samah Habib est senior manager chez Accenture, spécialiste de ces questions de consommation. Il nous explique le pourquoi de ce déclin du costume et de la cravate dans les milieux professionnels.

franceinfo : quelques chiffres qui prouvent que le costume et la cravate n'ont plus le vent en poupe ?

Samah Habib : une étude récente du cabinet Kantar montre qu'il y a clairement une chute de la vente des costumes. Si on part sur les huit dernières années, c'est 50% de baisse sur les costumes et les cravates. C'est 7 à 8% de décroissance chaque année, ce qui est énorme.

Quand et comment est apparu ce déclin ?

Il est associé à une révolution sociétale et technologique. Depuis 10 ans, il y a une nouvelle génération de trentenaires qui aspirent à de la flexibilité dans leur travail, dans les horaires de travail, dans les lieux de travail, qui s'est traduite par de la flexibilité au niveau de la façon de s'habiller. On l'associe aussi à cette culture d'hyper connectivité. Toutes les frontières entre le personnel et le professionnel se sont effacées.

C'est l'influence de Mark Zuckerberg et Steve Jobs ?

Oui, c'est cette culture de startups et de high tech. Ces personnes-là inspirent de la décontraction, du dynamisme, de l'innovation, qui sont des valeurs que l'on retrouve dans la nouvelle génération. Il y a 20 ans, on parlait du costume de puissance qui était porté par les directeurs, aujourd'hui on parle du tee-shirt et du jean qui sont portés par ceux qui réussissent dans la vie.

Le "casual friday", c'est totalement dépassé ?

C'est totalement dépassé, tous les jours on est en casual, après il faut s'habiller de façon intelligente et smart, en fonction de l'activité de l'entreprise, aussi en fonction de l'activité de la journée.

Il y a des secteurs qui vont continuer à faire de la résistance ?

On parle désormais de s'habiller convenablement. On s'habille en fonction de l'activité du jour, c'est le "dress for the day". Si vous êtes devant votre ordinateur, vous pouvez être très décontracté, en revanche si vous avez des rendez-vous client, vous vous habillez plus chic.

Et pour les femmes, quelles conséquences ?

Dans les années 80, quand le costume était synonyme de puissance, on avait vu apparaître pour les femmes des vestes très épaulées, comme un mimétisme de la carrure de l'homme. La femme aujourd'hui s'habille pour s'assumer, toujours dans le respect des règles de la décence et de l'élégance. 

Et quand on est chef on peut s'autoriser la même décontraction ?

Cette évolution du "dress code" vient justement aplatir les hiérarchies. Porter un look cool est preuve d'un certain dynamisme, d'un lâcher-prise, d'une décontraction qui est la preuve que l'on veut approcher les équipes, pratiquer un mode collaboratif, ce qui est plébiscité par les nouvelles générations.

Un homme en costume-cravate se rend au travail en vélo.
Un homme en costume-cravate se rend au travail en vélo. (MAXPPP)