On ne pouvait pas le rater. “Pas de chemisette à fleurs !” : les consignes vestimentaires de Marine Le Pen aux députés RN

écouter (3min)

Après les législatives les députés ont fait leur rentrée dans l’Assemblée nationale et certains avaient des consignes vestimentaires, et cela n'a pas échappé à Laura Lavenne.

Article rédigé par
Laura Lavenne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen, entourée des députés Rassemblement national, à l'Assemblee nationale le 22 juin 2022. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Ils ont fait leur arrivée à l'Assemblée façon fashion week de la politique. On a donc vu défiler les partis politiques, avec consignes vestimentaires pour certains, et photo de classe devant le Palais-Bourbon pour tous.

Le conseil de Marine Le Pen aux députés Rassemblement national est sans le plus inattendu : "On ne vient pas en tong et pas en chemisette à fleurs." C’était dirigé contre La France insoumise, oui, mais cela a surtout fâché... la Polynésie. Gros bad buzz sur les réseaux sociaux ultramarins, puisque, le même jour, il y avait trois députés indépendantistes qui faisaient leur entrée en tenue traditionnelle, le lavalava, un paréo long, chemisette et tongs. Comme quoi la tradition, c’est une question de point de vue.

Pour Marine Le Pen, la tradition, c’est la cravate, dorénavant recommandée pour les hommes du RN. Un dress code "exemplaire et soigné". Ce qui donne à l’arrivée 89 députés et zéro couleurs. Enfin si, du blanc, du bleu marine et du bordeaux pour la chef de file. Les quelques robes roses et vertes trop flashy ont été dissimulés dans le fond du groupe. "On n’est pas La France insoumise dont beaucoup revendique d’arriver débrailler en dansant devant l’Assemblée, limite en twerkant au pied du perchoir. J'ai l’impression de voir des Zadistes", déclare Jordan Bardella qui n’exagère pas du tout, mais alors pas du tout.

Il y avait même une députée La France insoumise avec une robe à fleurs rouges et blanche sur la photo de classe des "Insoumis". Quand on sait qu’il y a dix ans, une robe a valu à Cécile Duflot de se faire siffler dans l’hémyclique, on comprend que c’était risqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.