Nouveau monde, France info

Nouveau monde. La Chine va trier ses citoyens en fonction de leurs comportements numériques

La Chine s’apprête à mettre en place un système de "crédit social", une notation des citoyens basée sur les réseaux sociaux et les applications numériques.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Selfy en marge du Congrès national du peuple à Pékin, le 13 mars 2018.
Selfy en marge du Congrès national du peuple à Pékin, le 13 mars 2018. (WANG ZHAO / AFP)

Dans un épisode de la série Black Mirror, les citoyens utilisent une application pour se noter les uns les autres (commerçants, voisins, amis, etc.). En fonction des notes que l’on totalise, on peut accéder à tel ou tel service, habiter à tel ou tel endroit, etc. Ce monde parfait est en préparation en Chine. L’État va examiner le comportement des citoyens sur les réseaux sociaux, et aussi dans la vie réelle, pour attribuer une note à chacun, un "crédit social". Si vous dites du bien du gouvernement sur internet, vous gagnez des points. Si vous soutenez des opinions dissidentes ou que vous traversez la rue au mauvais moment sous l’œil d’une caméra de surveillance, vous en perdez.

Big Brother en vrai

Ce système de régulation sociale est basé sur l’exploitation des données numériques sous toutes leurs formes. Des informations sont également collectées sur des sites marchands, des services de partage de vélos ou via l’application WeChat qui est très utilisée en Chine. A l’arrivée, un bon score permet de travailler dans une bonne entreprise, de voyager en première classe ou d’inscrire ses enfants en école privée. Le but est d’assurer la stabilité et la sécurité en détectant éventuellement les individus dangereux. C’est aussi un incroyable système numérique totalitaire. C’est le "big data" au service de la surveillance sociale et politique.

Le projet de crédit social a été annoncé en 2014. Il devrait être opérationnel en 2020. D’ici là, le gouvernement Chinois vient d’annoncer qu’un premier test grandeur nature sera effectué à partir du 1er mai dans les transports. Les individus  "mal notés" pourront se voir interdire l’accès aux trains et aux avions ou du moins en première classe. Pour l’instant, il faut encore uniformiser les données afin de les rendre interopérables. Il faut aussi s’assurer que ces données seront authentiques et ne pourront pas être falsifiées. Les Chinos peuvent télécharger des applications permettent de connaître au fur et à mesure son "crédit social".    

Selfy en marge du Congrès national du peuple à Pékin, le 13 mars 2018.
Selfy en marge du Congrès national du peuple à Pékin, le 13 mars 2018. (WANG ZHAO / AFP)