Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Black Friday : gare aux cyberarnaques !

Le Black Friday démarre vendredi. Ce sont des centaines d’offres dans les magasins et sur Internet, oui, mais aussi des dizaines de cyber escrocs aux aguets.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des cartes bancaires face à un écran d\'ordinateur où est inscrit une mise en garde.
Des cartes bancaires face à un écran d'ordinateur où est inscrit une mise en garde. (DENIS CHARLET / AFP)

Vendredi 23 novembre débute le Black Friday. Une période où l'on  dépense beaucoup d'argent en profitant, peut-être, de promotions intéressantes, mais des escrocs sont attirés par ces mouvements d'argent.

Fausses promos, faux sites marchands, hameçonnage (phishing) par SMS ou par e-mail, rançongiciels (ransomware)… Derrière, ou à côté, des vraies promos hyper alléchantes du Black Friday, les cyberescroqueries sont à chaque coin de clic. Les cyberescrocs sont également à la fête à partir de ce week-end ! Les pouvoirs publics lancent même une alerte très officielle sur la plate-forme Cybermalveillance.gouv.fr.

Faux sites et numéros surtaxés

Méfiez-vous notamment des faux sites web. Vous recevez un courriel vantant une promotion irrésistible avec un lien à cliquer. Hop, ce lien vous emmène sur un faux site web de e-commerce, aux allures d’un vrai, qui récupère vos coordonnées de carte bancaire. C’est de l’hameçonnage.

Méfiez-vous aussi des sites mal sécurisés n’affichant pas le protocole de sécurité « "https" (c’est le "s" qui est important). Rendez-vous seulement sur des sites connus, évitez les faux amis. Méfiez-vous également des offres par SMS qui invitent à rappeler un numéro car celui-ci peut -être surtaxé. Enfin, méfiez-vous des offres vraiment trop alléchantes (exemple : un iPhone neuf à 100 euros ou des Sneakers dernière mode à 20 euros…). Bref, faites preuve de bon sens et prudence. N’achetez pas dans la précipitation.

Prix gonflés

Parfois, certains sites marchands pourtant authentiques se livrent, eux-mêmes, à des pratiques un peu limite. Le cas le plus typique est celui de prix barrés artificiellement gonflés (ex : un smartphone à 800 euros bradé à 400 alors qu’en fait il n’en vaut que 500). Méfiez-vous également des abonnements cachés, ce n’est pas illégal mais c’est franchement à la limite de l’abus de confiance.

Des cartes bancaires face à un écran d\'ordinateur où est inscrit une mise en garde.
Des cartes bancaires face à un écran d'ordinateur où est inscrit une mise en garde. (DENIS CHARLET / AFP)