Cet article date de plus d'un an.

Métavers : Mark Zuckerberg temporise et donne la priorité à l’IA

C’était plus qu’un projet puisqu’il a motivé le changement de nom de Facebook devenu Meta, il y a un an à peine. Le métavers, cet univers immersif dans lequel nous aurions tous été amenés à vivre en parallèle de la vie réelle, est-il déjà mort et enterré ? En tout cas, ce n’est plus la priorité de Mark Zuckerberg.
Article rédigé par Benjamin Vincent
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'avatar de Mark Zuckerberg, CEO de Meta et principal défenseur du métavers, dans le métavers (META)

Il l’a lui-même écrit, le 14 mars dernier, dans un courrier aux salariés de Meta : "Notre seul et principal investissement aujourd’hui est dans l’intelligence artificielle avancée".

Mark Zuckerberg opère donc une volte-face spectaculaire, un changement de trajectoire majeur, même si deux phrases plus tard, le métavers est enfin cité – on est alors page 13 – pour dire que le travail déjà effectué reste "central pour l’avenir des connexions sociales". Un mémo destiné à justifier 10 000 suppressions de poste supplémentaires. Le "métavers" n’y est mentionné que deux fois en 16 pages.

21 000 licenciements en moins de six mois

S’agit-il déjà d’un aveu d’échec alors que le métavers ne semble même pas avoir été vraiment lancé ? Cette impression n’est pas complètement inexacte, mais le métavers existe déjà. Il existe évidemment dans les labos de Meta, mais c’est déjà aussi un produit commercial, y compris en France depuis l’été dernier : il s’appelle Horizon Worlds. On a pu le tester à VivaTech 2022 à Paris, même si tout le monde reconnaissait qu’il faudrait plusieurs années pour que le phénomène prenne.

Et c’est vrai qu’aujourd’hui, on se demande si le ballon n’a pas déjà fait "pschitt", d’abord face à la crise : Meta a embauché sans compter pendant le Covid ; le métavers engouffrait jusqu’à 1 milliard de dollars par mois en recherche. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le Reality Labs – le cœur du réacteur du métavers – a été le premier impacté par les 11 000 premiers licenciements annoncés par Meta à l’automne. Cette annonce ciblée, notamment sur les équipes qui travaillent sur le métavers, en novembre dernier, nous avait d'ailleurs beaucoup surpris.

Et puis, il y a, bien sûr, l’onde de choc chatGPT. En un mois, en intégrant chatGPT à son moteur de recherche, Bing de Microsoft est passé de l’anonymat à 100 millions d’utilisateurs par jour. Et Horizon Worlds ne peut absolument pas en dire autant.

Le moment du métavers viendra… peut-être

L’intelligence artificielle concentre donc toutes les attentions, tous les enthousiasmes. Cela n'a pas échappé à Mark Zuckerberg qui, parallèlement, travaille sur l’IA depuis des années. Il a donc sans doute aussi une carte à jouer. Le moment du métavers viendra, peut-être. Et donc, ne l’enterrons pas trop vite. Sauf si le concept même du métavers était remis en cause par son principal défenseur.

Meta ne nous le dira probablement pas, mais Apple compte bien en faire la démonstration, potentiellement dans moins de trois mois, en présentant sa vision de la réalité, non pas virtuelle, non pas augmentée, mais étendue. Tim Cook n’a jamais cru à la réalité virtuelle. Voilà sept ans qu’Apple travaille sur ce projet, dans le plus grand secret.

Sa présentation a été repoussée plusieurs fois, mais ce serait donc pour début juin, à l’occasion de la conférence mondiale des développeurs Apple (WWDC), dont l’édition 2023 reste à confirmer officiellement. Mark Zuckerberg connaît cette perspective. Il laisse donc le terrain à Apple… provisoirement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.