iPhone 15 : il va doublement changer nos habitudes

Apple devrait dévoiler la nouvelle gamme iPhone 15, ce mardi 12 septembre 2023. La moitié de son chiffre d’affaires en dépend. Une nouvelle génération qui risque de désorienter ses utilisateurs avec deux changements technologiques majeurs.
Article rédigé par Benjamin Vincent
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'iPhone 15, qui doit être dévoilé par Apple le 12 septembre 2023, passerait de la connectique Lightning (à droite) à l'USB-C (à gauche), sous la pression notamment de l'Union européenne. (BENJAMIN VINCENT)

Quand il arrivera, n’essayez pas de mettre l’iPhone 15 en charge, en profitant du câble que vous utilisiez jusqu’à présent. Si les rumeurs se confirment, Apple aurait effectivement décidé de se plier à la réglementation européenne sur le chargeur unique, et d’abandonner son connecteur propriétaire, le Lightning, lancé en 2012 avec l’iPhone 5. La nouvelle connectique devrait donc être au format USB-C. Le nouveau câble à utiliser sera d’ailleurs vraisemblablement fourni par Apple, mais sans chargeur, comme on en a pris l’habitude.

La réglementation européenne entre en vigueur le 28 décembre 2024. Apple aurait donc pu tirer sur la corde du Lightning, le maintenir sur l’iPhone 15, sur l’iPhone 16 et ne passer à l’USB-C qu’avec l’iPhone 17, dans deux ans. Tim Cook aurait donc choisi de ne pas faire de zèle : une adoption pro-active anticipée, qui sera sans doute présentée comme un bénéfice pour le consommateur, au risque de se demander pourquoi la marque n’y est pas passée plus tôt.

USB-C sur iPhone 15 : Apple y va, mais à reculons

En réalité, c’est à reculons qu’Apple s’apprête à passer à l’USB-C sur l’iPhone 15, parce que le géant de Cupertino a gagné une fortune, depuis 2005, en certifiant les câbles et accessoires tiers pour ses connecteurs propriétaires. Il y a d’abord eu le programme “Made for iPod“ à savoir “Conçu pour l’iPod“ en français, autour du port 30 broches. Depuis 11 ans, il y a aussi eu le logo “Made for iPhone“ (MFI), autrement dit “Conçu pour l’iPhone“.

Alors comment continuer à gagner de l’argent, pour Apple, maintenant que l’USB-C arrive ? En continuant à certifier les câbles USB-C : seuls ces câbles estampillés en échange d’une commission sur chaque câble vendu, permettraient de charger son nouvel iPhone à pleine puissance et donc plus vite, et en toute sécurité : on parle de 35 W sur la gamme iPhone 15 au lieu de 27 W sur la gamme iPhone 14. En clair, avec un câble USB-C non certifié “MFI“, et un fabricant qui n’est pas passé à la caisse, les iPhone pourraient se limiter à ces 27W, ce qui ne les empêchera pas, pour autant, d’être rechargés avec un câble USB-C standard. Mais moins vite.

La carte SIM physique : en voie de disparition

L’autre changement attendu, c’est la disparition de la carte SIM physique. Aux États-Unis, l’iPhone 14 n’a plus de tiroir pour carte SIM depuis un an déjà. Il est très probable que les iPhone 15 vendus en France le perdent aussi. On imagine la surprise et l’embarras des clients qui voudront transférer leur carte SIM physique depuis leur ancien téléphone.

Les quatre opérateurs mobiles en France (Orange, SFR, Free Mobile et Bouygues Telecom) s’y sont préparés, et proposent aussi aujourd’hui ce qu’on appelle une e-SIM, une carte SIM virtuelle, dématérialisée, très simple à utiliser. Il suffit d’aller sur le site web de son opérateur, dans son compte client, de commander une e-SIM, ou de demander la transformation de sa SIM physique en e-SIM. On vise alors le QR code, fourni par son opérateur, avec l’appareil photo de son smartphone, et en quelques instants, la e-SIM s'active dans le téléphone : des opérateurs qui font la grimace, car ils vont perdre, en renonçant à la carte SIM physique, un élément essentiel du lien avec leurs clients.

Pour le consommateur, néanmoins, le passage à la e-SIM n’a que des avantages, notamment parce que l’iPhone peut mémoriser huit e-SIM et en utiliser deux simultanément : par exemple, une ligne professionnelle et une ligne personnelle en même temps, ou une ligne permanente et une e-SIM commandée dans un pays étranger, quand vous serez en déplacement, pour éviter les frais dits de roaming. Enfin, sans ce petit tiroir à carte SIM, ces smartphones vont aussi gagner en étanchéité, en perdant l’une des principales portes d’entrée pour l’eau, en cas d’immersion. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.