Fin annoncée des zones blanches en téléphonie : Elon Musk avant Tim Cook ?

écouter (3min)

Ne pas avoir de réseau, sur son téléphone mobile, ce sera peut-être de l’histoire ancienne d’ici quelques mois. Elon Musk, le patron de SpaceX et Tesla, vient d’annoncer la disparition de ce qu’on appelle les “zones blanches“ aux États-Unis. 

Article rédigé par
Benjamin Vincent - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Mike Sievert, CEO et président de T-Mobile (à gauche) et Elon Musk, ingénieur en chef de SpaceX, le 25 août 2022, à Starbase (Texas). (T-MOBILE)

Ne pas avoir de réseau, sur son téléphone mobile, ce sera peut-être de l’histoire ancienne d’ici quelques mois. Elon Musk, le patron de SpaceX et Tesla, a annoncé, le 25 août 2022, la prochaine disparition de ce qu’on appelle les “zones blanches“ aux États-Unis. Or, Apple pourrait faire une annonce comparable, mercredi 7 septembre 2022.

Pour Elon Musk, l’idée est simple : ajouter une 3e antenne aux nouveaux satellites Starlink pour les rendre compatibles avec les fréquences que captent déjà nos téléphones. Une liaison directe, en quelque sorte, entre nos smartphones et l’espace, avec ces satellites en orbite à 550 km au-dessus de nos têtes. Elon Musk sait que les opérateurs télécom classiques ne couvriront jamais 100% d’un territoire ou d’un pays : c’est trop compliqué, trop cher, pas assez rentable. Les satellites, eux, se fichent du relief et du terrain. Ils arrosent toute une zone et peu importe s’il s’agit d’un coin perdu, de montagne, d’un désert ou d’un océan.

Pour couvrir le monde entier, des satellites, il en faut beaucoup : 42.000 pour être précis, c’est l’objectif de Starlink à terme. On en compte déjà 2.500 en orbite et le rythme est effréné : avec SpaceX et son pas de tir au Texas, Musk lance des fusées Falcon 9 quand ça lui chante. Et il se réjouissait mercredi 31 août sur Twitter : “On est maintenant à un lancement tous les cinq jours“. Rien qu’en août, SpaceX a effectué six lancements avec une cinquantaine de satellites dans la coiffe, à chaque tir. Soit environ 300 satellites Starlink de plus en orbite, en un seul mois.

Starship, la fusée indispensable

Il ne s’agit pas, pour autant, des modèles de satellites qui permettront d’apporter de la connexion réseau aux smartphones. Ceux-là sont pour l’année prochaine parce qu’ils sont plus gros et ils ont besoin d’un lanceur plus gros également, la fameuse fusée Starship qu’Elon Musk veut faire décoller avant la fin de l’année.

Alors, pourquoi annoncer si tôt une révolution qui n’est pas encore opérationnelle ? Peut-être parce que l’iPhone 14 - qui devrait être officialisé mercredi - pourrait intégrer une nouvelle fonction baptisée “message d’urgence“ en partenariat avec un concurrent de Starlink, Globalstar.

Cette nouveauté attendue dit bien son nom et ne devrait servir qu’exceptionnellement, en cas de détresse, pour alerter les secours. Elle n’aurait pas pour vocation de se substituer aux services de votre opérateur dans le cadre de votre forfait habituel.

“Sauver des vies“, c’est également l’idée de départ d’Elon Musk dont chaque satellite aura une capacité limitée : 2 à 4 Mbit/seconde à se partager, soit un millier d’appels simultanés, et jusqu'à 200.000 messages texte.

Aux États-Unis, depuis Starbase, le pas de tir de ses fusées, le patron de SpaceX a fait son annonce aux côtés du CEO de l’opérateur T-Mobile qui a promis une intégration de la technologie Starlink sans surcoût sur la plupart de ses forfaits (hors premier prix). Mais Elon Musk, évoque déjà l’idée de visionner de la vidéo sur son smarphone grâce à une connexion Starlink. Alors pourquoi pas une augmentation des débits...

En attendant, l'appel est lancé à tous les opérateurs à travers le monde, pour qu’ils se rapprochent des deux partenaires, et intègrent la technologie de connexion par satellite, ce qui permettrait à tous les utilisateurs – les Américains et les autres – de profiter d’une itinérance réciproque, et donc de capter du réseau, soit via les antennes terrestres, soit par satellite, véritablement partout sur la planète.

Duel à distance entre Elon Musk et Tim Cook

Apple qui vend ses iPhone dans le monde entier ou presque (la Russie fait partie des rares exceptions, depuis le printemps) aurait toutes les raisons de viser également une disponibilité mondiale pour sa technologie. Apple et SpaceX (avec Starlink) vont donc se retrouver en concurrence frontale pour la première fois… en attendant que Starlink ou Tesla lance un éventuel smartphone, ce que certains prédisent déjà.

Elon Musk et Tim Cook n’ont pourtant pas attendu pour constater que le courant ne passe pas. Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Il faut se souvenir qu’avec Tesla, Elon Musk est passé tout près de la banqueroute en 2016, avant la sortie de la Tesla modèle 3. Elon Musk avait alors désespérément sollicité un rendez-vous avec l’espoir qu’Apple rachète Tesla mais Tim Cook – qui a confirmé ne jamais lui avoir parlé - ne l’aurait même pas pris au téléphone.

Aujourd’hui, Tesla vaut environ 1 milliard de $ en bourse et Elon Musk est l’homme le plus riche du monde. Vu l’historique, il n’était pas question, pour lui, de se faire voler la vedette par Apple, et une éventuelle annonce autour de l’iPhone 14 attendue mercredi 7 septembre 2022.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.