Mômes trotteurs, France info

Mômes trotteurs. La balade bornandine

Trois habitantes de Haute-Savoie nous emmènent faire une balade bornandine.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Village du vieux Chinaillon dans la station du Grand-Bornand, en Haute-Savoie.
Village du vieux Chinaillon dans la station du Grand-Bornand, en Haute-Savoie. (Office du tourisme du Grand-Bornand)

La balade commence par une visite de La Maison du patrimoine bornandin. Ce musée est installé dans une vieille ferme restaurée datant de 1830. On y découvre la vie quotidienne au XIXe siècle dans un village de montagne, son évolution à travers son milieu, son passé et l’architecture de ses maisons traditionnelles, aux toits couverts d'ancelles (tuiles de bois).

Centre du Grand-Bornand
Centre du Grand-Bornand (Office de tourisme Grand Bornand)

"Au Grand-Bornand, on garde nos chalets en bois centenaires, ça fait partie de la tradition de la station. Et on espère bien que ça restera toujours ainsi", expliquent nos trois Mômes trotteuses.

Chalets en bois typiques du Grand-Bornand, en Haute-Savoie.
Chalets en bois typiques du Grand-Bornand, en Haute-Savoie. (Office du Tourisme Le Grand-Bornand)

Puis c'est la rencontre avec le musicien Nicolas Périllat, fondateur de la compagnie Voxalpina, qui crée des spectacles et animations artistiques pour les enfants et adolescents.

Ce jour-là, l'artiste bornandais sort de sa valise un drôle d'objet : une boîte à musique qu'il a lui-même fabriquée. Il apprend aux filles à écrire un morceau en faisant des petits trous sur une partition. Résultat ? Très harmonieux !

Le musicien bornandais Nicolas Périllat en plein atelier musical avec Janelle, Margaux et Romy qui vivent aussi au Grand-Bornand, en Haute-Savoie.
Le musicien bornandais Nicolas Périllat en plein atelier musical avec Janelle, Margaux et Romy qui vivent aussi au Grand-Bornand, en Haute-Savoie. (Ingrid Pohu)

Quelques temps après le tournage de ce reportage, Janelle, Margaux et Romy nous donnent des nouvelles du Grand-Bornand, après la période de confinement…

"On est super contentes de retrouver nos montagnes parce que, pendant le confinement, leur accès était fermé au public. Pour nous, peut-être que ça a été un peu dur, mais pour la terre, c’était un bon moment parce qu’on a moins pollué, on a consommé moins d’essence… Y avait moins de monde dans le village, les marmottes ont même pris la place des touristes !"

Randonnée autour du lac de Peyre.
Randonnée autour du lac de Peyre. (Office de tourisme Le Grand-Bornand)

Concernant le futur, elles estiment qu' "il faudrait peut-être faire encore plus attention en utilisant, quand c’est possible, des vélos à la place des voitures ou mieux s’occuper de la nature, faudrait peut-être arrêter de couper des arbres et en semer d’autres."

Et d'ajouter que "tous les touristes peuvent venir parce que les guides ont repris les balades en montagne, tous les restaurants d’altitude sont réouverts. On peut faire du vélo, de la rando et de la marche en montagne, tout en gardant des distances et en respirant l’air pur. Y a tout pour s’amuser au Grand Bornand !"

OFFICE DU TOURISME DU GRAND-BORNAND

Village du vieux Chinaillon dans la station du Grand-Bornand, en Haute-Savoie.
Village du vieux Chinaillon dans la station du Grand-Bornand, en Haute-Savoie. (Office du tourisme du Grand-Bornand)