Cet article date de plus de quatre ans.

Les informés. Olivier Dussopt au gouvernement : il est le premier "dont on va se poser la question de la sincérité"

écouter (27min)

Vendredi, Les informés sont notamment revenus sur l'entrée du socialiste Olivier Dussopt au gouvernement lors du mini-remaniement annoncé dans la journée. Ils ont aussi évoqué le plan d'action sur les violences faites aux femmes qui sera dévoilé samedi. 

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le député socialiste Olivier Dussopt, le 20 novembre 2013, à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Remaniement : Olivier Dussopt, un socialiste au gouvernement

Après plusieurs jours d'attente, l'Elysée a annoncé vendredi 24 novembre, un mini-remaniement du gouvernement. Olivier Dussopt a notamment été nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre des Comptes publics, chargé de la Fonction publique. Ce député PS, qui avait soutenu Manuel Valls lors de la primaire de la gauche, a pourtant récemment voté contre le budget 2018 du gouvernement. Il représente donc une prise de position à gauche pour Emmanuel Macron.

Pour Soazig Quéméner, rédactrice en chef du service politique de Marianne, Olivier Dussopt sera le premier qui a rejoint le camp Macron "dont on va se poser la question de la sincérité". Elle voit en lui un nouveau Eric Besson, socialiste devenu ministre sous Nicolas Sarkozy, en 2007. 

Violences faites aux femmes : le gouvernement va dévoiler son plan d'action

Emmanuel Macron doit présenter samedi le plan du gouvernement destiné à combattre les violences faites aux femmes. Depuis les révélations de l’affaire Weinstein, plusieurs associations féministes réclament un plan d’urgence. Invitée des informés, Ernestine Ronai, membre du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEFH), co-présidente de la Commission "Lutte contre les violences de genre", demande une augmentation "du nombre de policiers spécialement dédiés à cette question".

Outre des moyens financiers supplémentaires à hauteur d'1 milliard d'euros, Ernestine Ronai réclame un accompagnement des femmes victimes, un remboursement des soins à 100% "comme pour les victimes de terrorisme" ainsi qu'"une grande campagne médiatique" pour sensibiliser l'opinion publique. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.