Cet article date de plus de trois ans.

Ce qu'il faut retenir du mini-remaniement du gouvernement

L'équipe gouvernementale s'étoffe avec deux secrétaires d'Etat supplémentaires, Olivier Dussopt et Delphine Gény-Stephann. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Benjamin Griveaux et Christophe Castaner, le 1er juillet 2017, à Nancy (Meurthe-et-Moselle). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Emmanuel Macron a enfin annoncé son remaniement, vendredi 24 novembre en début de soirée. Sur proposition du Premier ministre Edouard Philippe, le président de la République a nommé deux nouveaux secrétaires d'Etat. Il a aussi changé de porte-parole en confiant la tâche à Benjamin Griveaux. Voici ce qu'il faut retenir de ce mini-remaniement.

Christophe Castaner, patron de LREM, reste au gouvernement

Christophe Castaner, le 20 novembre 2017, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Cumul des fonctions pour Christophe Casataner. Le nouveau boss de La République en marche va garder son secrétariat d'Etat aux Relations avec le Parlement. C'était l'enjeu de ce remaniement rendu nécessaire par l'élection de Christophe Castaner à la tête du parti. L'opposition a fortement critiqué l'idée de ce cumul, mais Emmanuel Macron a finalement choisi de garder ce fidèle à ses côtés.  

Benjamin Griveaux devient le nouveau visage du gouvernement pour les médias

Benjamin Griveaux pose pour une séance à Paris, le 14 octobre 2016. (JOEL SAGET / AFP)

Benjamin Griveaux, jusqu'ici secrétaire d'Etat à l'Economie, est nommé porte-parole du gouvernement, en remplacement de Christophe Castaner. Il ne cumulera pas ce poste avec une autre fonction ministérielle. Agé de 39 ans, il est l'un des fidèles d'Emmanuel Macron et a joué un grand rôle dans la campagne présidentielle en étant le porte-parole d'En marche ! Il a ensuite été élu, en juin, député de Paris.

Ce diplômé de Sciences Po et de HEC a commencé sa carrière politique au PS en 2003, comme conseiller de Dominique Strauss-Kahn, avant de se rapprocher d'Emmanuel Macron en octobre 2015. Il devrait étrenner ses nouvelles fonctions lundi en rendant compte du Conseil des ministres, avancé en raison de la tournée en Afrique d'Emmanuel Macron.

Le socialiste Olivier Dussopt entre au gouvernement

Olivier Dussopt, le 23 novembre 2017, au Congrès des maires de France à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Olivier Dussopt est nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre des Comptes publics et sera chargé de la Fonction publique. Ce député PS, qui avait soutenu Manuel Valls lors de la primaire de la gauche, a pourtant récemment voté contre le budget 2018 présenté par le gouvernement. Son arrivée au gouvernement constitue donc une prise de choix à gauche pour Emmanuel Macron. La direction du PS ne s'y trompe pas. Interrogé sur cette entrée au gouvernement, le coordinateur du PS Rachid Temal a lâché : "Il n'est plus membre du Parti socialiste."

Agé de 39 ans, Olivier Dussopt est député de l'Ardèche et à la tête de l'Association des petites villes de France depuis 2014. Cela donne au président de la République l'occasion de se rapprocher des élus locaux, alors que ceux-ci sont souvent critiques face à la politique du gouvernement. 

Delphine Gény-Stephann arrive en renfort à Bercy

Delphine Gény-Stephann, le 24 novembre 2017.  (JEAN CHISCANO / SAINT-GOBAIN)

Delphine Gény-Stephann devient secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Agée de 49 ans, elle est diplômée de l'Ecole polytechnique, de l'Ecole des Ponts ParisTech et du Collège des ingénieurs, et est ancienne ingénieure en chef du corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts.

Elle a été choisie par l'Elysée pour son expertise après une carrière passée dans le public puis dans le privée. Elle est ainsi une des dirigeantes de l'entreprise du CAC 40 Saint-Gobain, où elle a été notamment directrice de la Stratégie et du plan, après plus d'une décennie passée à Bercy. Elle est aussi administratrice du groupe Thalès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.