Le zoom culture, France info

Le kompa, la musique qui a failli conquérir le monde

A l'occasion de la sortie de la compilation "Haiti Direct", Bertrand Dicale nous rappelle ce que fut la gloire (presque) mondiale du kompa dans les années 60-70.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Nous profitons
de la sortie d'une réjouissante compilation intitulée Haïti direct pour évoquer une musique qui a été dansée pendant
quelques décennies dans une bonne partie du Tiers Monde, le kompa.

Cette musique est née dans les
bals populaires grâce à un musicien génial, Nemours Jean-Baptiste, au milieu
des années 50, en mélangeant des traditions haïtiennes avec le meringue venu de
République dominicaine et le calypso des Antilles anglaises.

Et, aujourd'hui encore, le kompa
est une des musiques dominantes à Haïti, mais avec certainement moins de lustre
qu'à l'apogée du genre, dans les années 60-70, à l'époque de Tabou Combo, des
Frères Desjean, des Chleu Chleu, de Scorpio Universal, les grands groupes qui font
danser Haïti, mais aussi les Antilles françaises, et les faubourgs africains ou
les quartiers populaires d'Amérique centrale ou jusqu'au Brésil...

 

Dans cette chronique, vous entendez des
extraits de :

Compas X par les Chleu Chleu (1967, avant qu'ils ne changent d'orthographe
et ne deviennent les Shleu Shleu)

Calma pélerin par l'Ensemble Méridional des Cayes (1971)

An septième par Les Difficiles de Pétionville (1972)

Choc Vikings par les Vikings (1971)

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Vous pouvez aussi retrouver sur le
site de France Info les quarante-deux épisodes de notre série d'été
La Face cachée des
tubes.

Pendant le Tour de France, nous vous
avons proposé, en vingt-trois épisodes, la chronique Ces chansons qui
font le Tour
.

(©)