Le vrai du faux. Rodéos urbains : les policiers anglais ont-ils le droit de percuter les deux-roues, comme l'affirme Eric Zemmour ?

"Je suis favorable à ce que les Anglais font depuis quelques mois, le 'contact tactique'", a déclaré Eric Zemmour en parlant des rodéos sauvages. Une méthode qui permet de renverser certains deux-roues en faute. Mais qui n'est pas utilisée pour les rodéos sauvages Outre-Manche.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un homme faisant du rodéo urbain à Marseille, en juillet 2017. (Photo d'illustration) (ROSSI DAVID / MAXPPP)

Eric Zemmour, le président du parti Reconquête, a évoqué dimanche 23 avril sur BFMTV la mise en examen d'un policier vendredi, soupçonné d'avoir renversé et blessé trois adolescents en scooter avec sa voiture après un refus d'obtempérer.

>> Mineurs percutés à scooter à Paris : ce que l'on sait de l'enquête après la mise en examen d'un des policiers

À la question "Était-ce une raison pour les percuter pour les interpeller ?", il répond "oui", ajoutant : "Je suis favorable à ce que les Anglais font depuis quelques mois, ce qu'ils appellent le contact tactique. Vous savez le rodéo urbain, c'est très dangereux. [...] En Angleterre, ce genre d'activité a drastiquement diminué".

Les policiers anglais ont bien le droit de percuter les scooters, mais dans certaines conditions

Eric Zemmour dit vrai : à Londres, depuis 2017, les policiers de l'unité Scorpion ont le droit de tamponner ou de percuter les deux-roues avec leur voiture dans certains cas de figure. Le but est de les coincer, puis de les renverser à faible allure. Les suspects finissent soit sur le capot, soit par terre, ce qui permet ensuite de les arrêter plus facilement. 

Les policiers ont le droit d'utiliser cette technique, même quand les conducteurs n'ont pas de casque. Et depuis 2018, les policiers d'autres villes d'Angleterre sont autorisés à le faire.

Une technique pas conçue pour arrêter les rodéos urbains

Mais Eric Zemmour fait un gros raccourci en associant cette technique à la lutte contre le rodéo urbain. En réalité, le "contact tactique" a été instauré pour régler un phénomène bien précis à Londres : celui des vols à l'arraché à moto. En 2017, il y avait des milliers de cas dans la ville. Et ce "contact tactique" n'a rien d'automatique.

D'après le règlement, il faut que l'infraction soit suffisamment grave pour utiliser cette technique. Par ailleurs, le policier qui conduit doit avoir reçu une formation spécifique, et il doit aussi avoir le feu vert de son supérieur avant de renverser un deux-roues, rappelle la police des polices. Car cette technique n'est évidemment pas sans risques : entre 2017 et 2019, cinq suspects ont été blessés sur quelques centaines d'interventions : des fractures aux bras, aux jambes ou au visage.

Entre 2017 et 2018, on note une baisse de 36% de ce type d'infractions. Mais difficile de dire si c'est seulement grâce à ce fameux "contact tactique" : plusieurs mesures ont été lancées en même temps contre les vols à l'arraché. Il y avait aussi le spray invisible qui permet d'identifier les scooters ou les pics à déclencher pour crever les pneus des deux-roues.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.