Le vrai du faux, France info

Le vrai du faux. Oui, la légalisation du cannabis peut avoir un effet sur la criminalité

Gérald Roux passe au crible des faits repérés dans les médias et les réseaux sociaux. Lundi, l'effet positif de la légalisation du cannabis sur la criminalité avancé par Benoît Hamon.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Benoît Hamon a tenu ces propos sur BFMTV après la remise du rapport Borloo sur les banlieues, jeudi 26 avril.
Benoît Hamon a tenu ces propos sur BFMTV après la remise du rapport Borloo sur les banlieues, jeudi 26 avril. (Photo AFP)

Benoît Hamon, ex-candidat PS à la présidentielle, a commenté sur BFMTV le rapport sur les banlieues de Jean-Louis Borloo, remis au gouvernement, jeudi 26 avril. Le fondateur du mouvement Génération.s s'est exprimé sur le trafic de drogue. "On sait qu'il y a des villes gangrenées par le trafic de cannabis. On sait que la prohibition, ça ne marche pas, a-t-il déclaré. On sait qu'aux États-Unis, la fin de la prohibition, la légalisation du cannabis a entraîné une baisse radicale de la criminalité, donc des morts, et de la délinquance."

C'est vrai, si l'on se base sur une étude publiée au début de l'année par The Economic journal. Elle se base sur plusieurs années de statistiques, notamment celles du FBI, dans des zones le long de la frontière avec le Mexique comme l'Arizona, le Nouveau Mexique et la Californie. Ces États américains ont dépénalisé la consommation et la production de cannabis, soit pour un usage médical soit pour un usage récréatif. L'étude a été menée le long de la frontière, là se concentrent les organisations criminelles pour faire leur trafic. Résultat : dans les communes proches de la frontière, le taux de criminalité violente a baissé de 12,5% et les homicides liés à la drogue ont chuté de 40%. En regardant l'ensemble du territoire de la Californie, la réduction des crimes violents a été de 15%. Pour en arriver à ce résultat, l'étude a non seulement regardé les chiffres avant et après les différentes dépénalisations, mais elle a aussi comparé ces chiffres avec ceux des États qui n'ont pas dépénalisé.

L'étude montre qu'avec le changement de législation, les utilisateurs se sont tournés plutôt vers des gens cultivent le cannabis légalement dans ces États, et beaucoup moins vers les cartels de la drogue basés au Mexique. Ce qui fait baisser le business des trafiquants, mais aussi ses violentes conséquences.  

En résumé, Benoît Hamon a donc dit vrai. Il faut toutefois préciser que le cannabis n'a pas été légalisé sur tout le territoire américain. Neuf États l'ont légalisé pour usage récréatif et seize autres pour l'usage médical. Ce qui représente la moitié des États américains.

Benoît Hamon a tenu ces propos sur BFMTV après la remise du rapport Borloo sur les banlieues, jeudi 26 avril.
Benoît Hamon a tenu ces propos sur BFMTV après la remise du rapport Borloo sur les banlieues, jeudi 26 avril. (Photo AFP)