Le vrai du faux. Métiers en tension, chômage... On a vérifié ce qu'avance Marion Maréchal sur la place des immigrés sur le marché du travail

écouter (81min)

La vice-présidente du parti Reconquête affirme par exemple que les immigrés sont deux fois plus au chômage que le reste des travailleurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Marion Maréchal, vice-présidente du parti Reconquête! était l'invitée du 8.30 de franceinfo, dimanche 4 décembre. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Alors que le gouvernement veut créer un titre de séjour "métier en tension" pour régulariser des personnes sans papiers qui veulent travailler dans des secteurs où la France manque de bras, Marion Maréchal, vice-présidente du parti Reconquête, y est opposée et estime que notre économie peut se passer des étrangers.

>> Projet de loi immigration : quels sont les métiers en tension selon Pôle emploi ?


"Dans le BTP, par exemple, il y a plus de 70% de ces métiers qui sont assurés par des Français, même dans les métiers de gardiennage et de sécurité, c'est plus de 70% qui sont assurés par des Français", a-t-elle notamment argumenté sur franceinfo, dimanche 4 décembre, réfutant ainsi l'idée que les étrangers occupent des emplois dont les Français ne veulent pas. "Mais au-delà de ca, c'est que cette immigration vient aussi alimenter, une fois qu'elle arrive, le chômage en France", a-t-elle poursuivi, assurant que "le taux d’inactivité est deux fois plus élevé chez les personnes de nationalité étrangère résidant en France que chez les Français".

Les immigrés surreprésentés dans 35 métiers

Alors, vrai ou faux ? Si l'on observe les chiffres bruts, les dernières données de la Dares (le service statistique du ministère du Travail) montrent qu'en 2017, on comptait bien 27% d'immigrés dans le BTP (chez les ouvriers non qualifiés du gros œuvre du BTP, du béton et de l’extraction) et 28% dans la sécurité et le gardiennage, ce qui donne plutôt raison à Marion Maréchal. Mais ce que ne dit pas la vice-présidente de Reconquête, c'est que les immigrés (personnes nées à l'étranger qui résident en France) sont largement surreprésentés dans 35 métiers précisément d'après la Dares. Dit autrement, alors qu'environ un emploi sur dix est occupé par un immigré en France, ce sont près de trois agents de gardiennage sur dix qui sont des immigrés.

Chez les employés de maison, ce sont même près de quatre postes sur 10 qui sont occupés par des immigrés. Ces professions sont aussi celles qui affichent des conditions de travail plus difficiles ou des difficultés de recrutement, voir les deux. "Plus les conditions de travail sont difficiles et plus la tension de recrutement est élevée, plus forte est la probabilité que l’emploi soit occupé par un immigré", résume même la Dares.

Un "surchômage" des immigrés... qui s'explique

Par ailleurs, Marion Maréchal a plutôt raison en affirmant que les immigrés sont deux fois plus au chômage que les Français. En 2021, quand le chômage des Français était autour de 7%, celui des immigrés était à près de 13%. Ce "surchômage" des étrangers a toutefois été étudié. Dans une note émanant des services du ministère de l'Intérieur,  on lit notamment que "le chômage plus élevé des immigrés s’explique en grande partie par des effets de structure. Leurs caractéristiques sociodémographiques ne sont pas les mêmes que celles des non immigrés et ils se trouvent plus souvent dans les catégories les plus exposées au chômage". En clair, les immigrés, étant souvent moins diplômés que les Français, occupent davantage des postes d'ouvriers, soit ceux-là même qui sont davantage exposés au risque de chômage.

L'Observatoire des inégalités relève aussi "le poids des discriminations" qui pèse sur les immigrés. Il rappelle par ailleurs qu'environ 5 millions d'emplois sont tout simplement interdits aux personnes ne disposant pas de la nationalité française, principalement dans la fonction publique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.