Risques de coupures d'électricité cet hiver, titres de séjour et "métiers en tension", présidence de LR : ce qu'il faut retenir de l'interview de Marion Maréchal

écouter (17min)

Marion Maréchal, vice-présidente du parti Reconquête! était l'invitée du "8h30 franceinfo", dimanche 4 décembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Marion Maréchal, vice-présidente du parti Reconquête! était l'invitée du 8.30 de franceinfo, dimanche 4 décembre. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Marion Maréchal, vice-présidente exécutive de Reconquête!, était l'invitée du "8h30 franceinfo" dimanche 4 décembre. Risques de coupures d'électricité cet hiver, titres de séjour pour les "métiers en tension", élection à la présidence de LR... Elle répondait aux questions de Neila Latrous et Jules De Kiss.

Coupures d'électricité : "C'est vraisemblable"

Les risques de coupures d'électricité cet hiver sont "vraisemblables", a jugé Marion Maréchal. "Il est peu probable qu'il suffise simplement que les Français fassent un effort individuel pour que nous arrivions aux objectifs et donc que nous arrivions à passer l'hiver totalement sereinement", a-t-elle insisté. "Ce que le gouvernement ne dit pas, c'est que pour arriver aux objectifs de sobriété (...) Il faudrait qu'il y ait des pans entiers de l'industrie qui s'arrêtent".

Titres de séjours pour les "métiers en tension" : "Je trouve scandaleux qu'on en appelle à l'immigration"

La vice-présidente du Reconquête! s'est dite opposée à la création d'un titre de séjour pour les métiers en tension. "Je trouve ça scandaleux qu'on en appelle à l'immigration", a-t-elle lancé. Selon elle, "cette immigration, vient aussi, contrairement à ce qu'on pense, alimenter le chômage en France". Le recours à l'immigration est "une facilité" et a pour conséquence de "tirer à la baisse les salaires dans des secteurs à bas niveau professionnels. Ça fait 30, 40, 50 ans, qu'on utilise cette technique et on en voit les conséquences aujourd'hui. C'est dramatique". "Cette immigration, elle vient aussi, contrairement à ce qu'on pense, alimenter une fois qu'elle arrive, le chômage en France", a-t-elle souligné. "Emmanuel Macron, c'est l'homme du record absolu de l'immigration", a en outre pointé l'ancienne députée du Front national (FN).

Sur le parti Reconquête! : "Nous incarnons aujourd'hui une ligne que personne d'autre n'incarne, celle de la droite civilisationnelle"


"Nous incarnons aujourd'hui une ligne que personne d'autre n'incarne : celle de ce qu'on appelle la droite civilisationnelle", a déclaré Marion Maréchal, alors que son mouvement organise un meeting d'anniversaire au Palais des sports de Paris, un an après le lancement de la campagne présidentielle d’Éric Zemmour et de Reconquête! à Villepinte (Seine-Saint-Denis). "Nous sommes face à une dynamique de ré-adhésions sur décembre qui est au-delà de nos espérances", s'est-elle réjouie. "Reconquête! a réussi à s'imposer dans le débat" avec "cette sordide et terrible affaire Lola", a-t-elle ajouté. La vice-présidente exécutive de Reconquête! s'est également positionnée en vue des élections européennes 2024 qui affiche ses ambitions  :   "C'est un scrutin qui m'intéresse".

Election à la présidence de LR : "Il y a des choses à faire" avec Bruno Retailleau

Interrogée sur le 1er tour de l'élection à la présidence des Républicains, Marion Maréchal, vice-présidente exécutive de Reconquête!, a reconnu que Bruno Retailleau avait sa préférence pour prendre la tête du parti, plutôt qu’Éric Ciotti ou Aurélien Pradié. "Sur cette fin de campagne, j'ai trouvé que Bruno Retailleau avait fait un certain nombre d'interviews que j'ai trouvé bien posées, construites, réfléchies et vraiment intéressantes", a-t-elle expliqué.

Revoir l'interview en intégralité :

<meta itemprop="description" content="Risques de coupures d'électricité cet hiver, titres de séjour et " métiers="" en="" tension",="" présidence="" de="" lr="" :="" ce="" qu'il="" faut="" retenir="" l'interview="" marion="" maréchal"="">

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.