Le sens de l'info, France info

Le sens de l'info. Le harcèlement

Le philosophe Michel Serres et Michel Polacco parlent du harcèlement. Pour Michel Serres, le harcèlement, c’est l’absence de contrat.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'ambassade qu\'Hippolyte, reine des Amazones, envoie à Thésée, roi d\'Athènes par Vittore Carpaccio (1465 -1526) vers 1495, huile sur panneau de bois.
L'ambassade qu'Hippolyte, reine des Amazones, envoie à Thésée, roi d'Athènes par Vittore Carpaccio (1465 -1526) vers 1495, huile sur panneau de bois. (MUSEE JACQUEMART-ANDRE)

Depuis les accusations portées contre le producteur américain Harvey Weinstein, le mot harcèlement revient sans cesse dans notre quotidien. Nombreuses sont les femmes, essentiellement des femmes, qui abandonnent le silence et déclarent qu'elles ont été victimes de harcèlement ou pire, de la part de leurs collègues, parents, patrons, sans pouvoir se protéger.

Le harcèlement, une question devenue aujourd'hui planétaire

User de sa force, de son pouvoir, pour séduire est une forme de harcèlement. Insister exagérément pour séduire est une forme de harcèlement. Le harcèlement n'est pas que sexuel. Il peut être simplement destiné à déstabiliser, à humilier, à affaiblir, et c'est sans doute un mal plus que millénaire.

Pour Michel Serres, une des réponses à cette question du harcèlement peut se trouver en analysant deux oeuvres d'art chargées de symboles : La Tempête (1505) d'un des plus célèbres peintres de la Renaissance vénitienne : Giorgio da Castelfranco, connu sous le nom de Giorgione. Et L'ambassade qu'Hippolyte, reine des Amazones, envoie à Thésée, roi d'Athènes par Vittore Carpaccio (1465 -1526).

\"La Tempête\" (1505) d\'un des plus célèbres peintres de la Renaissance vénitienne : Giorgio da Castelfranco, connu sous le nom de Giorgione.
"La Tempête" (1505) d'un des plus célèbres peintres de la Renaissance vénitienne : Giorgio da Castelfranco, connu sous le nom de Giorgione. (Venise, Galleria dell'Accademia)

Pour le philosophe, Giorgione symbolise l'éternelle séparation de l'homme et de la femme, avec un pont pour les réunir ou les séparer, et un éclair dans le ciel pour illustrer le divorce ou les retrouvailles, le feu du désir et de l'amour. 

Autre peintre favori de Michel Serres, une peinture que l'on peut voir à Paris dans la collection Jacquemart-André sur Hippolyte, la reine des Amazones qui vient demander justice au roi d'Athènes, Thésée. La toile de Carpaccio met en scène le contrat et la nécessité d'un contrat qui peut se signer entre l'homme et la femme.

"Veux-tu, ne veux-tu pas ? Désires- tu ? Ne désires-tu pas ? Et par conséquent, le harcèlement, c'est l'absence de contrat, conclue Michel Serres, le contrat, c'est la fin du harcèlement." 

Le harcèlement moral

"L’employeur est tenu envers ses salariés d’une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs dans l’entreprise, notamment en matière de harcèlement moral. Il doit prendre toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les agissements de harcèlement moral. Il a, pour cela, une totale liberté dans le choix des moyens à mettre en œuvre.

Dans les entreprises et les établissements employant habituellement au moins 20 salariés, les dispositions relatives à l’interdiction de toute pratique de harcèlement moral doivent figurer dans le règlement intérieur. Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail peut proposer à l’employeur des mesures de prévention. Les délégués du personnel disposent d’un droit d’alerte en cas d’agissements constitutifs de harcèlement moral. Ils peuvent saisir l’employeur qui doit procéder sans délai à une enquête et mettre fin à cette situation. À défaut, le salarié ou le délégué, avec son accord, peut saisir le référé prud’homal.

Le médecin du travail peut proposer des mesures individuelles (ex. : mutations ou transformations de postes) lorsqu’il constate une altération de l’état de santé physique et mentale du salarié ; l’employeur est tenu de prendre en considération ces propositions et, en cas de refus, de faire connaître les motifs qui s’opposent à ce qu’il y soit donné suite.

… Les salariés victimes de harcèlement moral peuvent intenter une action en justice auprès du conseil de prud’hommes pour faire cesser ces agissements et demander réparation du préjudice subi. Le salarié présente des éléments de faits laissant supposer l’existence d’un harcèlement. Au vu de ces éléments, il incombe à la partie défenderesse de prouver que ces agissements ne sont pas constitutifs d’un tel harcèlement et que sa décision est justifiée par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement.

Le juge forme sa conviction après avoir ordonné, en cas de besoin, toutes les mesures d’instruction qu’il estime utiles.

Les mêmes dispositions sont applicables aux candidats à un emploi, à un stage ou à une période de formation en entreprise victimes de harcèlement moral ou ayant fait l’objet d’une mesure discriminatoire pour avoir subi ou refusé de subir des agissements répétés de harcèlement moral ou pour avoir témoigné de tels agissements ou les avoir relatés."

Lire aussi : Une collégienne victime de harcèlement reçoit des centaines de messages de soutien

L\'ambassade qu\'Hippolyte, reine des Amazones, envoie à Thésée, roi d\'Athènes par Vittore Carpaccio (1465 -1526) vers 1495, huile sur panneau de bois.
L'ambassade qu'Hippolyte, reine des Amazones, envoie à Thésée, roi d'Athènes par Vittore Carpaccio (1465 -1526) vers 1495, huile sur panneau de bois. (MUSEE JACQUEMART-ANDRE)