Le rendez-vous de la médiatrice, France info

Le rendez-vous de la médiatrice. La hiérarchie de l’information sur franceinfo

Pour comprendre comment l'information est traitée sur franceinfo, la médiatrice des antennes de Radio France reçoit Érik Kervellec, directeur de la rédaction, pour répondre à vos nombreuses questions.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Studio franceinfo
Studio franceinfo (CHRISTOPHE ABRAMOWITZ)

"Pourquoi ne pas avoir parlé de ce sujet en premier ?", "Vous en faites trop sur cette information alors qu'il se passe d'autres choses dans le monde !", "Mais pourquoi vous n'avez pas parlé de ça dans votre journal ce matin ?"... La médiatrice des antennes de Radio France, Emmanuelle Daviet, reçoit très fréquemment ce genre de messages. Le directeur de la rédaction de franceinfo répond à ces questions.

Qu'est-ce qui justifie qu'un sujet soit plus exposé qu'un autre ?

Chantal, une auditrice, estime que certaines informations prennent un espace trop important au regard d'autres sujets qui semblent en déficit, par exemple la maltraitance des personnes âgées en EHPAD.

À propos des gilets jaunes, depuis le début de la semaine, on en fait trop, estiment les auditeurs qui nous écrivent : "Est-ce encore de l'information ou de la propagande ?" interroge Jean-Jacques. Tout le monde ne soutient pas les gilets jaunes indique une auditrice. "Pourquoi consacrez-vous autant de temps à un événement qui ne concerne qu'une partie de la population ?".

Érik Kervellec : Ce sujet des gilets jaunes a beaucoup occupé l'antenne et tous nos supports depuis qu'il est sur la place publique. Nous estimons que nous devons en parler beaucoup parce que c'est un sujet qu'on ne peut pas minimiser.

Nous nous appuyons, pour choisir nos sujets, sur une ligne éditoriale : ça repose sur des croyances professionnelles, éthiques. On est là pour donner des clés à l'auditeur pour mieux comprendre le monde qui l'entoure. Cette ligne est fondée sur la connaissance que nous avons de ceux qui nous écoutent, grâce à des études qualitatives et quantitatives. Le public qui écoute le plus franceinfo s'intéresse à la politique, l'économie, le sport, les grands sujets de société, dont les gilets jaunes.

Quelle est la ligne éditoriale de franceinfo ?

Érik Kervellec : Délivrer une information rapidement, une information certifiée et une information diverse.

Comment s’opère la hiérarchie de l’information dans les journaux ?

Nicolas écrit : "L'ordre d'importance des sujets d'actualité n'est plus du tout marqué. C'est un fourre-tout de news. C'est regrettable. On devrait à tout moment, capter l'ordre d'importance des sujets d'actualité."

Érik Kervellec : C'est le résultat d'une concertation qui a lieu en permanence à franceinfo entre présentateurs et rédacteurs en chef au sein de la conférence de rédaction. Les choix des sujets ainsi que leur hiérarchie sont interrogés par rapport aux thèmes qui sont développés. Sur une chaîne d'information en continu, c'est un journal qui ne s'arrête jamais, que l'on produit avec des balises d'info. C'est un journal qui évolue tout le temps au gré de l'actualité.

Qui décide qu’un sujet est davantage valorisé qu'un autre ?

Érik Kervellec : C'est un travail de concertation avec des professionnels, avec une confrontation des points de vue qui mène au choix des sujets.

Maintenir l'intérêt du public

Des faits qui intéressent des auditeurs, n’intéressent pas forcément les autres, comment procède votre rédaction pour maintenir l’intérêt du public ?

Érik Kervellec : Avec la multiplication des angles. On va attaquer un sujet que l'on pense devoir être porté à l'attention du public par de multiples entrées en donnant le point de vue de chacun. Pour les gilets jaunes il y a eu : de la pédagogie sur la constitution du prix de l'essence, nous avons donné la parole à ceux qui se sentent étranglés financièrement par leur budget essence mais aussi à ceux qui estiment qu'on doit changer de politique énergétique...Tout ce qui doit être dit pour que chacun se fasse son opinion.

Studio franceinfo
Studio franceinfo (CHRISTOPHE ABRAMOWITZ)