Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Les chômeurs en fin de droits

Que se passe-t-il pour les chômeurs en fin de droits ? Sarah Lemoine revient sur les mesures exceptionnelles et les dispositifs d'aide mis en place par le ministère du Travail. Les chômeurs en fin de droits vont toucher leur allocation chômage jusqu'au 28 février. Mais après cette date, la situation n'est pas très claire. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La situation des chômeurs en fin de droits reste confuse pour l\'après 28 février. Illustration
La situation des chômeurs en fin de droits reste confuse pour l'après 28 février. Illustration (IP3 PRESS / MAXPPP)

Cette semaine, le ministère du Travail a prolongé plusieurs dispositifs d'aide, face aux incertitudes sanitaires et aux difficultés sur le marché du travail. Mais que va-t-il se passer pour les chômeurs en fin de droits, qui depuis le 30 octobre, bénéficient d'une prolongation automatique de leur allocation ? 

Depuis le début du deuxième confinement, c'est-à-dire le 30 octobre 2020, tous les chômeurs qui épuisent leurs droits à l'assurance chômage bénéficient d'une mesure exceptionnelle. Au lieu de basculer dans les minimas sociaux, le RSA ou l'ASS, ils continuent de toucher leur allocation à 100%. La procédure est automatique. Il n'y a aucune démarche à faire. La mesure devait s'appliquer jusqu'à fin décembre 2020, mais le ministère du Travail l'a repoussée deux fois. D'abord jusqu'à fin janvier 2021, et désormais jusqu'au 28 février 2021.

La situation est confuse

La semaine dernière, le ministère du Travail a publié une ordonnance. Celle-ci maintient jusqu'au 30 juin 2021, par défaut, l'indemnisation des chômeurs en fin de droits. Mais ces derniers ne doivent pas se réjouir trop vite. Car si la situation sanitaire s'améliore d'ici là, le gouvernement se laisse la possibilité d'interrompre à tout moment cette prolongation. Jusqu'ici, c'est à peu près clair. Sauf qu'il y a quelques jours, la ministre du Travail, interrogée sur le sujet, a de nouveau rappelé la date butoir de fin février.

Alors que faut-il comprendre? Son entourage précise : les droits sont bien prolongés jusqu'au 28 février inclus, et si le ministère ne prend pas d'arrêté pour stopper la mesure au-delà de cette échéance, elle continuera de s'appliquer jusqu'à une date indéterminée, dans la limite du 30 juin 2021.

Combien de chômeurs en fin de droits sont protégés actuellement par ce dispositif ? D'après Pôle emploi, 227.000 chômeurs étaient concernés à la fin du mois de décembre. Les chiffres de janvier et février ne sont pas encore connus, mais selon l'Unedic, 120.000 personnes, en moyenne, arrivent tous les mois en fin de droits. On peut donc tabler sur 460.000 chômeurs, qui grâce à cette mesure, peuvent continuer à toucher leur allocation entre fin octobre et fin février.

Près d'un demi-million de personnes redoutent de basculer dans les minima sociaux

C'est ce qui s'est passé à l'issue du premier confinement. À l'époque, le gouvernement a pris une mesure identique. C'était entre le 1er mars et le 31 mai 2020. Quand la mesure s'est arrêtée, 434.000 chômeurs se sont effectivement retrouvés en fin de droits selon les chiffres de l’Unedic. Parmi eux, 163.000 ont pu recharger des droits car ils avaient retravaillé pendant cette période. En revanche, 40.000 ont basculé vers l'allocation spécifique de solidarité, l’ASS, (506 euros mensuel). Enfin,  230.000 ont potentiellement basculé vers le RSA, (564 euros mensuel), sous réserve de l'avoir demandé et d'y avoir droit.

L'effet n'a pas été neutre. Fin juin, le nombre d'allocataires au RSA a franchi pour la première fois la barre des 2 millions de bénéficiaires. C’est ce que montrent les données statistiques du ministère de la Santé et des Solidarités.

La situation des chômeurs en fin de droits reste confuse pour l\'après 28 février. Illustration
La situation des chômeurs en fin de droits reste confuse pour l'après 28 février. Illustration (IP3 PRESS / MAXPPP)