Cet article date de plus d'un an.

"Se restaurer", pour redevenir des mangeurs

La société de surconsommation nous a conduit à acheter des produits ultra-transformés. Comprendre que "se restaurer" c'est remettre son corps à neuf, c'est apprendre à devenir mangeur, plutôt que consommateur.
Article rédigé par Bernard Thomasson, Thierry Marx
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Manger des plats de saison, préparés à la maison (comme ici une potée aux choux), est bon pour la santé et permet de "se restaurer". (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Si l'on remonte à l'origine du mot restaurant, il s'agissait d'un endroit où l'on achetait un produit "restaurant", autrement dit on y allait pour "se restaurer", c'est-à-dire remettre son corps à neuf, en mangeant des bouillons de santé, des produits sains qui vous requinquaient.

"On devrait garder cela en tête tout le temps, martèle Thierry Marx. Quand on mange, que fait-on ? On se restaure, on donne des forces à son corps, tout ce qui va lui faire du bien autour de l'axe plaisir - bien être - santé. C'est pourquoi avaler sans cesse des produits ultra-transformés en croyant que c'est bon pour soi, ce n'est pas vrai. Cela peut même créer des pathologies à venir."

Redevenir des "mangeurs"

Le sociologue Claude Fischler a déjà prévenu qu'il faut arrêter d'être des consommateurs pour redevenir des mangeurs. "Pour cela, explique Thierry Marx, il faut remettre dès l'école des cours de cuisine. Cela peut paraître ridicule et vieillot, mais dans des cours de cuisine il y a plusieurs paramètres : un cours d'arithmétique, un cours d'histoire-géographie, un cours d'éducation civique et un cours de cuisine."

Comprendre ce que l'on mange, c'est savoir se restaurer. On y retrouve du plaisir et on sait protéger sa santé. Nos sociétés ont fabriqué une alimentation à deux vitesses : ceux qui ont les moyens, et savent plutôt bien manger, et ceux qui se rabattent sur des prix et des produits ultra-transformés, dommageables pour la santé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.