Pétrolier échoué à La Réunion : opération de dépollution en cours

écouter (5min)

À La Réunion, le navire qui s’était échoué lors du passage du cyclone Batsirai le 3 février dernier, a été dépollué de ses hydrocarbures.

Article rédigé par
Tessa Grauman - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
En plein cyclone Batsirai, le navire mauricien Tresta Star s'était échoué à Saint-Philippe,  à La Réunion, le 3 février 2022, vers 22h sur la coulée de 2007, entre la pointe du Tremblet et la pointe du Brûlé. (LA CAZ VOLCAN)

Les opérations de dépollution de l'épave du Tresta Star ont repris jeudi 3 mars. Le navire s’était échoué à Saint-Philippe, au sud de La Réunion, dans la nuit du 3 au 4 février. Six entreprises ont été mobilisés pour réaliser les travaux de pompage des hydrocarbures, et d’extraction des déchets.

En l’absence de l’armateur, ce sont les services de l’État qui ont engagé les frais. Olivier Rivière, le maire de Saint-Philippe explique l’objectif de cette opération au micro de Pierre Comorassamy, de Réunion la 1ère.

Départ du personnel russe du centre spatial de Kourou en Guyane

Conséquence de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, 85 Russes qui travaillaient au centre spatial de Kourou ont dû quitter précipitamment la Guyane en début de semaine. L’agence spatiale russe Roscosmos a suspendu le lancement des fusées Soyouz. Le personnel russe a été escorté par la gendarmerie jusqu’à l’aéroport de Cayenne, laissant derrière eux la ville de Sinnamary où il résidait. Un manque à gagner pour cette commune de 3000 habitants, et plus généralement pour la Guyane.

Le carnaval de retour en Guadeloupe

Après deux longues années de restrictions dues à la crise sanitaire, le carnaval était de retour en Guadeloupe. A Basse-Terre, les groupes ont défilé dans la rue, à la grande joie des carnavaliers. Reportage de Jessy Blanqué, Guadeloupe la 1ère.

La traque du crocodile "George" en Martinique

La bête a été signalée pour la première fois en Martinique, il y a une vingtaine d’années. Pendant 10 jours, des agents de l’Office national des forêts et du parc naturel de Martinique se sont lancés à ses trousses. Mais malgré le soutien d’une équipe d’experts venus d’Europe, George - c’est son nom - n’a pas été débusqué. Et pour ceux qui en doutent, George existe vraiment. Il a même été photographié par un joggeur en août dernier. Reportage de Bianco Caretto, Martinique la 1ère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.