Législatives anticipées : Olivier Faure appelle "à la constitution d'un Front populaire contre l'extrême droite"

Le premier secrétaire du PS appelle sur franceinfo les partis de gauche à l'unité à l'occasion des prochaines élections législatives, prévues fin juin et début juillet après la dissolution de l'Assemblée nationale.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 8 min
Olivier Faure, premier secrétaire du PS, lundi 10 juin sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, a appelé lundi 10 juin sur franceinfo "à la constitution d'un Front populaire contre l'extrême droite" et a rejeté tout "accord avec le parti de Monsieur Macron" pour les prochaines élections législatives. Les tractations ont débuté avec les membres de la Nupes : "Il y a des discussions qui ont eu lieu, qui vont continuer à avoir lieu. Je n'en dirai pas plus, ajoute-t-il. Il faut aller vite. Le temps est compté. Vendredi, il faudra déposer" les candidatures.

Olivier Faure souhaite que "chacun se respecte". Il souhaite construire "un bloc homogène dans lequel on peut avoir la possibilité d'une gouvernance commune qui permet d'avancer ensemble, qui soit démocratique (…) où on est la possibilité d'avancer ensemble de manière sereine". Mais "que celles et ceux qui veulent commencer à y mettre des conditions s'arrêtent tout de suite", prévient-il.


Le rapport de force entre La France insoumise et le Parti socialiste s’est également inversé après les résultats des élections européennes, avec moins de 10% pour LFI contre environ 14% pour la liste PS-Place publique. "Ça doit se faire de manière démocratique, il doit y avoir une discussion, un dialogue entre les différentes forces qui peuvent composer ce bloc. Ça suppose que personne ne soit dans l'alignement. Moi, je ne demande à personne de s'aligner sur moi, je ne m’alignerai sur personne non plus", assure Olivier Faure.

"Un risque que l'extrême droite accueille le monde lors des J.O."

Le premier secrétaire du PS a également mis en garde face à "un risque que ce soit l'extrême droite qui accueille le monde entier lors des J.O. au mois de juillet." Olivier Faure assure que "tout va être fait pour conjurer ce risque". Cela passe, selon lui, par "la constitution d'un Front populaire contre l'extrême droite qui permet de lever ce risque et de faire en sorte que nous puissions avoir, au mois de juillet, un gouvernement de gauche", a-t-il espéré.

"Tout est possible, à partir du moment où il y a une volonté d'y parvenir et à partir du moment où il y a une clarté dans les déclarations des uns et des autres", lui répond Manuel Bompard, coordinateur de La France insoumise (LFI), également sur franceinfo. "L'hypothèse de voir l'extrême droite s'emparer du pouvoir demain nous oblige à une forme de responsabilité, mais elle doit se faire sur un programme clair qui permet de répondre aux aspirations des Françaises et des Français, pas juste à faire des discussions entre organisations politiques", prévient-il.

"Nous pouvons l'emporter", estime Ruffin

"Il n'y a pas de fatalité, nous pouvons l'emporter", a de son côté estimé François Ruffin. Le député LFI-Nupes de la Somme a été le premier à lancer dimanche soir un appel à un "front populaire" pour faire barrage à l’extrême droite après le résultat des élections européennes. Olivier Faure (PS), Fabien Roussel (PCF) et Marie Tondelier (EELV) ont répondu favorablement à cet appel. 

"On n'a pas de réponse de Manuel Bompard. Maintenant, que les choses soient claires, les Insoumis sont les bienvenus dans ce front populaire. On ne va pas tracer des lignes de manière sectaire", explique François Ruffin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.