Cet article date de plus de deux ans.

Loisirs : Pierre & Vacances en passe d'être sauvé ?

En grandes difficultés financières, le groupe Pierre & Vacances qui compte aussi les Center Parcs, est-il en passe d’être sauvé ? Le numéro un européen des résidences de loisirs a signé un accord qui devrait lui permettre de sortir la tête de l’eau. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par France Info - Fanny Guinochet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des catalogues Pierre & Vacances. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Le groupe Pierre & Vacances a annoncé lundi 20 décembre être en négociation exclusive avec un groupe d’investisseurs britannique qui va injecter 200 millions d’euros de fonds propres et procéder à un désendettement massif. L’opération financière est complexe mais elle devrait permettre au groupe de résidences de tourisme de reprendre un peu de souffle, au moins temporairement. Cela fait déjà une dizaine d’années que le groupe est déficitaire, étranglé sous une importante dette : plus d’un milliard d’euros.

La crise Covid a fini de plomber les comptes : rien que l’an dernier, Pierre & Vacances a perdu 340 millions d’euros. Le gouvernement a aidé l’entreprise via un prêt mais ça ne suffit pas.    

La restructuration de la dernière chance

Car cette arrivée d’argent frais s’accompagne aussi d’un changement de direction. Les trio d’investisseurs londoniens va prendre le pouvoir, pouvoir qui jusqu’alors était détenu par le fondateur Gérard Bremond, 84 ans. Le président de Pierre & Vacances est contraint de passer la main. Une petite révolution. 

Pierre et Vacances avait démarré en 1967 avec la création de la station Avoriaz et dans les années 80, le groupe avait prospéré en lançant, le concept de nouvelle propriété, qui permet aux particuliers d’acheter moins cher un appartement dans une résidence de loisirs, à condition de n’occuper les lieux que quelques semaines par an. Les villages Pierre & Vacances se sont alors multipliés et dans les années 2000, le groupe a repris Center Parcs. Aujourd’hui, il compte plus de 45 000 logements en Europe. Mais des projets pharaoniques, ainsi que les conflits avec ces milliers de petits propriétaires, justement, à qui le groupe a arrêté de verser des loyers à cause de la pandémie, ont mis à mal le groupe.

Les repreneurs devraient poursuivre la montée en gamme lancée ces derniers mois par Pierre & Vacances. Ils envisagent aussi se délester d’une partie de l’immobilier et de vendre certains sites. Ils pourraient aussi se recentrer sur l’activité Center Parcs, plus rémunératrice. Mais il n'est pas sûr toutefois que ce traitement de choc ne suffise. Pour l’instant, la question de l’emploi n’a pas été abordée, mais les 12 600 salariés sont inquiets.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.