Le décryptage éco , France info

Le décryptage éco. Total enregistre ses meilleurs résultats depuis cinq ans grâce à la flambée du pétrole

Le pétrolier français enregistre un bénéfice net de 13 milliards et demi de dollars pour son exercice 2018, du jamais vu depuis 2013. Le décryptage éco de Fanny Guinochet, ("L'Opinion").

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le building Total à la Défense, à Paris. 
Le building Total à la Défense, à Paris.  (MAXPPP)

Le pétrolier français affiche un bénéfice net de 13 milliards et demi de dollars pour son exercice 2018. C’est une hausse de près de 30 %. Total n'avait plus vu une telle augmentation depuis 2013. 

Trois choses expliquent cela, dont la remontée des prix du pétrole. En 2018, les cours du baril étaient en moyenne de 71 dollars, contre 54 dollars en 2017. Total a augmenté ses volumes. Le groupe a produit plus et a plus vendu. Sa production a atteint un record de près de trois millions de barils. Enfin, le groupe a récolté les fruits du plan d’économie qu’il avait lancé en 2015 quand le cours du brut s’était effondré. Ce n’était pas un petit plan. On parle de plus de quatre milliards de réduction de coûts par an.  

Des primes pour les 32 000 salariés

L’entreprise a été une des premières en décembre à annoncer qu’elle verserait 1 500 euros de prime aux 32 000 salariés employés en France. C’est évidemment en lien avec les excellents résultats du groupe mais c’est aussi parce que Patrick Pouyanné, le PDG de l’entreprise a pris très tôt très au sérieux la crise des "gilets jaunes".

Sûrement pour éviter les critiques, qui en ce moment fusent sur la répartition des richesses, il répète que "la priorité, ce ne sont pas les actionnaires". Sur les 50 milliards de valeur ajoutée dégagée par an par le groupe entre 2010 et 2018, 12 milliards sont versés aux salariés et 8 milliards aux actionnaires. Le reste part dans des investissements. 

Le PDG joue la transparence

C’est assez rare pour un patron du CAC mais dans une interview au Figaro le 11 janvier, il a révélé son taux de prélèvement à la source, 43%. Il est dans la tranche d’impôts la plus élevée. Il a expliqué qu’il payait tous ses impôts en France, qu’aucune filiale ne lui verse un quelconque salaire. En pleine affaire Ghosn, ce n’est évidement pas innocent. Le tout-puissant patron Carlos Ghosn, ex-PDG des constructeurs automobiles Nissan et Renault a été arrêté au Japon, soupçonné d'avoir dissimulé des revenus au fisc. Patrick Pouyanné prend donc le contrepied et prône la transparence. 

2019 devrait être encore meilleure

Mais le premier groupe industriel français devrait même aller encore mieux en 2019, malgré des prix du pétrole qui fluctuent. Total prévoit une production en hausse de plus de 9% grâce à la montée en puissance d’extraction de plusieurs de ses sites comme en Australie ou au Nigeria. Le démarrage de nouveaux projets au Brésil, en Angola ou en mer du Nord seront porteurs. Pas plus tard que jeudi 7 février, Total a annoncé avoir réalisé une découverte "importante" d’un nouveau gisement d'hydrocarbures au large de l'Afrique du Sud, une première pour ce pays. 

Total va aussi pouvoir continuer ses forages en Guyane, alors que plusieurs associations avaient porté l’affaire en justice. Les tribunaux ont donné leur autorisation.Tout va bien finalement pour le groupe pétrolier français au grand dam des écologistes qui très souvent s’opposent à ses projets. 

Le building Total à la Défense, à Paris. 
Le building Total à la Défense, à Paris.  (MAXPPP)