Le décryptage éco , France info

Le décryptage éco. Pourquoi Donald Trump menace de taxer les vins français

Le président américain estime que le vin américain est victime d'une concurrence déloyale. Une mauvaise nouvelle pour notre économie. Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Opinion").

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des barriques de Château Smith Haut Laffite à Pessac (Gironde), prêtes à être exportées.
Des barriques de Château Smith Haut Laffite à Pessac (Gironde), prêtes à être exportées. (MAXPPP)

Donald Trump estime que les tarifs douaniers sont déséquilibrés et il veut y remédier : il envisage de taxer davantage le vin français que le vin américain, victime selon lui d'une concurrence déloyale. Évidemment, c'est une très mauvaise nouvelle car la France exporte beaucoup de vin et spiritueux aux États-Unis. Les Américains sont les plus gros consommateurs de spiritueux au monde, ils en produisent un peu sur place, et donc en importent beaucoup. On leur vend du vin rouge, du blanc, beaucoup de champagne, du cognac… Au total, les vins français représentent 32% de part de marché des vins importés aux États-Unis. Si Trump mettait sa menace à exécution, c’est donc toute la filière viticole qui en prendrait un coup.   

Un différentiel de taxes réel mais faible

Donald Trump estime que "la France taxe beaucoup le vin alors que le vin français entre aux États-Unis quasi gratuitement". C'est vrai qu'en matière de tarifs douaniers, il y a un déséquilibre. Cela dépend de la nature du vin et du degré d'alcool, mais selon la Commission américaine du commerce international, aux États-Unis, les taxes varient entre 5,3 et 14,9 cents par bouteille, Alors qu’en Europe, la fourchette de taxes est plutôt entre 11 à 29 cents.
 Mais en tant que membre de l'Union européenne, la France n’a pas la main sur les droits de douane des produits importés en Europe, c’est Bruxelles qui décide.

Mais, comme souvent, Donald Trump exagère parce que ces dix dernières années les importations de vin "made in America" ont beaucoup progressé en France, jusqu’à 200% de plus. Selon les douanes françaises, l'Europe est de loin le premier marché d'exportation pour les produits américains. De la même façon, à l'inverse, le marché américain n'est pas aussi ouvert qu'il en a l'air. Les États-Unis reconnaissent les marques déposées mais pas les appellations d'origine, c’est un frein pour les produits français.

Un coup de pression en période de négociations

Donald Trump pointe la France pour son vin, c’est quasi une déclaration de guerre. Le vin fait partie de l’identité française Dans notre balance commerciale toujours aussi déficitaire, le vin fait partie des secteurs qui tirent les exportations hexagonales vers le haut. En 2017, 145 millions de caisses ont été vendues à l’étranger pour une valeur de près de 9 milliards d’euros. Le président tape là où ça fait mal.  

On ne saurait prendre cette menace à la légère. Tout d’abord, parce que cette charge du président américain intervient dans un contexte où les États-Unis et l'Union européenne sont actuellement en discussion pour trouver un accord commercial. Et dans cet accord, Bruxelles ne veut pas inclure le secteur agricole. C’est donc une façon de faire pression. Et ce n'est pas la première fois que le président américain s'en prend au secteur viticole français. Enfin, il a déjà mis ses menaces à exécution, comme sur les importations d'acier dont il a relevé les droits de douanes.

Des barriques de Château Smith Haut Laffite à Pessac (Gironde), prêtes à être exportées.
Des barriques de Château Smith Haut Laffite à Pessac (Gironde), prêtes à être exportées. (MAXPPP)