Le décryptage éco , France info

Le décryptage éco. Le boom du marché de la revente de cadeaux

La revente des cadeaux est un marché en pleine croissance. Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Opinion"). 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un cadeau est revendu dans une boutique spécialisée.
Un cadeau est revendu dans une boutique spécialisée. (MAXPPP)

Plusieurs sites en ligne se sont positionnés sur le "business" de la revente de cadeaux, revente qui marche de plus en plus fort. Parce que c’est un marché non négligeable, qui augmente d’année en année. Selon plusieurs enquêtes, plus d’un quart des Français disent avoir déjà reçu à Noël un cadeau qui ne leur a pas plu. Il y a aussi les cadeaux que l’on reçoit en double. Et les Français ont de moins en moins de scrupules à les revendre. Preuve en est, par exemple, le leader en la matière, la plate-forme eBay attend 800 000 nouvelles annonces entre mardi 25 décembre et demain. C’est 13% de plus que l’année dernière et eBay prévoit même près de trois millions d’annonces supplémentaires d'ici le 3 janvier, selon une étude Kantar TNS Au total, ça représente plus de 313 millions d’euros de cadeaux de Noël revendus cette année.  

En tête des cadeaux qui ne plaisent pas, on trouve les vêtements, mais aussi les objets de collection ou encore les jouets. Une catégorie d'objets est également en hausse après Noël : les téléphones. Ca tient du fait que les personnes ayant reçu un nouveau téléphone le soir du réveillon mettent en vente leur ancien téléphone le lendemain.    

Avec l’argent, on se rachète pas toujours un autre cadeau 

Toujours selon cette enquête Kantar TNS, 35% le font et achètent ce qui leur fait vraiment plaisir mais le plus souvent, dans 40% des cas, le vendeur garde l’argent. Ce sont surtout les hommes d’ailleurs qui gardent l’argent. Pour 23% des Français, la somme récoltée par la revente permet de rembourser des frais engagés à Noël. On remarque que ce sont surtout les plus jeunes qui revendent les cadeaux qui ne leur plaisent pas. Les seniors, c’est à dire les 55-65 ans, se disent souvent satisfaits de leur présent et ont plutôt tendance à les garder. La revente est moins bien perçue par les aînés. 

C'est une façon de ne pas gaspiller, de consommer différemment. Ca fait partie de cette économie collaborative, en vogue, qui fait que l'on évite de garder des objets dont on ne se sert pas, qu’on cherche à leur donner une seconde vie. D’ailleurs, les Français se disent de moins en moins choqués que la personne à qui on a offert un cadeau, le revende ensuite.  

Aux USA, un jour spécial pour la revente 

Aux États-Unis, la revente de cadeaux est tellement entrée dans les meurs, que c’est un vrai processus marketing. Les consommateurs choisissent de plus en plus de renvoyer directement le cadeau commandé sur internet par la personne qui l'a offert. La démarche est aussi facilitée par le fait que la moitié des distributeurs outre-Atlantique offrent le retour gratuit. Et pour la revente, il y a même une date associée, début janvier, un peu comme le Blak Friday, c’est le "national return day", le jour national des retours. En France, on n’en est pas encore là !  

Un cadeau est revendu dans une boutique spécialisée.
Un cadeau est revendu dans une boutique spécialisée. (MAXPPP)