Covid-19 : un allègement des mesures sanitaires pour préserver au maximum la reprise économique

écouter (2min)

De nombreux secteurs économiques, qui souffrent des restrictions sanitaires, poussent un ouf de soulagement après l’intervention de Jean Castex, jeudi 20 janvier. Le décryptage de Fanny Guinochet.  

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une boîte de nuit à Limoges (Haute-Vienne) pourra accueillir ses clients à partir du 16 février 2022. (NATHALIE COL / RADIO FRANCE)

Le calendrier de l'allègement des restrictions sanitaires annoncé permet à de nombreux secteurs économiques, d’apercevoir le bout du tunnel. C’est le cas des discothèques qui pourront rouvrir le 16 février alors qu’elles sont fermées depuis début décembre. Le 16 février, on pourra aussi boire et manger debout dans les bars, les restaurants ou encore les salles de concert.

La levée de ces contraintes doit permettre aux clients de revenir un peu plus nombreux. Selon une enquête menée, début janvier, par des syndicats de ce secteur, 85% enregistrent une baisse d’un tiers de leur activité. Les événements professionnels comme  les salons, les séminaires, qui avaient été annulés vont pouvoir de nouveau être organisés. De quoi donner le sourire aux traiteurs par exemple, qui ont souvent vu, ces dernières semaines, leur activité chuter de plus 70%.  

Télétravail : l'obligation va disparaître

La règle sur le télétravail va aussi changer et là aussi, c’est une bonne nouvelle. Pour les chefs d’entreprise d’abord : la plupart n’en peuvent plus de devoir organiser au moins trois jours de travail à distance par semaine, sous peine de sanctions. Selon eux, cela désorganise leur activité, pèse sur l’ambiance dans les équipes, et cette semaine, ils n’ont pas manqué de dire leur agacement au gouvernement. À partir du 2 février, le télétravail ne sera plus obligatoire mais seulement recommandé.

Cela doit permettre aussi de ramener du monde dans les trains car la SNCF enregistre 50% de voyageurs "affaires" en moins ce début d’année à cause du télétravail. Du monde aussi dans les restaurants, qui vont retrouver la clientèle du midi ou encore dans les boutiques, les grands magasins… Si le début des soldes est si poussif, avec plus de 30% de chiffre d’affaires en moins, selon les professionnels  du commerce, c’est bien à cause du télétravail et des restrictions sanitaires.  

Le gouvernement cherche à préserver un maximum l’économie

Pas question qu’Omicron vienne ralentir la reprise, freine la croissance, plombe encore les comptes publics. L’exécutif sait aussi que l’économie, c’est une histoire de confiance, de dynamique. Donner un échéancier de sortie des restrictions incite à se projeter, à consommer, à dépenser l’argent qui dort sur les comptes d’épargne – les 170 milliards d’euros accumulés depuis le début de la crise – et encourage à investir. À trois mois de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron ne saurait s’en priver.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.