Assurance chômage : les comptes publics repassent dans le positif et un excédent spectaculaire se profile

écouter (2min)

Pour la première fois depuis 14 ans, les comptes de l'assurance chômage redeviennent excédentaires. La baisse du nombre de chômeurs devrait même permettre au système d'enregistrer un fort excédent. 

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège de l'Unedic, à Paris, le 9 novembre 2018. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Les comptes de l'assurance chômage se portent bien. C'est même une première depuis 14 ans : le solde financier sera positif à la fin de l'année 2022. L'excédent sera de 2,5 milliards d'euros, selon les prévisions publiées mercredi 8 juin par l'Unedic, l'association pilotée par les partenaires sociaux qui gère le système d'indemnisation des demandeurs d'emploi. Malgré tout, l'assurance chômage reste très endettée après la crise du Covid-19, avec plus de 60 milliards d'euros de dettes au total. 

Ce solde inédit depuis de nombreuses années est lié à des dépenses en forte baisse, grâce à la diminution du nombre de chômeurs puisqu'on a créé beaucoup d’emplois cette année. En face, les recettes progressent nettement car beaucoup de postes ont été pourvus. Enfin, l’inflation tire les salaires et donc les cotisations à la hausse.

La réforme de l'assurance chômage est un autre facteur à prendre en compte. Elle a été mise en place l'an dernier, après un long bras de fer avec les syndicats. En durcissant les règles d’indemnisation des chômeurs, cette réforme permet de faire des économies.

L'excédent devrait poursuivre sa hausse

Syndicats et patronat, qui gèrent le système de l’assurance chômage, restent plutôt optimistes pour l'avenir malgré la guerre en Ukraine et l’inflation. Selon eux, le taux de chômage devrait poursuivre sa baisse pour se stabiliser autour de 7% de la population active. L’excédent budgétaire continuerait donc à augmenter, avec plus de trois milliards d’euros en prévision l’an prochain, et plus de quatre milliards en 2024.

Dans ce contexte, Emmanuel Macron veut mener une nouvelle réforme pour ramener le plus vite possible les chômeurs vers l’emploi, disait-il encore le 3 juin dans une interview accordée à la presse régionale. Il veut remplacer Pôle emploi par un guichet unique appelé France Travail et changer encore les règles d’indemnisation. Son projet est de moduler le dispositif de l’assurance chômage en fonction de la conjoncture. 

En d’autres termes, plus la situation de l’emploi est dégradée et plus l’allocation chômage est généreuse. En revanche, quand le marché du travail est porteur, les règles sont plus contraignantes pour les demandeurs d’emploi. Les syndicats ne sont pas d’accord, ce qui promet une nouvelle bataille avec le gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.