Le choix franceinfo:, France info

L'interview de Meghan et Harry, nouvel épisode du feuilleton qui déchire la famille royale britannique

Le couple qui a quitté l'Angleterre en 2020 continue de crisper la famille royale. Une interview à venir sur une grande chaîne américaine provoque de nouvelles tensions.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le prince Harry et Meghan Markle, le 27 novembre 2017.
Le prince Harry et Meghan Markle, le 27 novembre 2017. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Meghan et Harry contre la famille royale, c’est le feuilleton du moment au Royaume-Uni. Entre le couple qui attend son deuxième enfant et Buckingham Palace, la tension monte depuis près d’un an, avec des avocats, des accusations, une enquête interne au Palais... et un nouvel épisode à venir dans la nuit de dimanche 7 à lundi 8 mars : la chaîne américaine CBS va diffuser une interview confession de Meghan et Harry réalisée par leur amie Oprah Winfrey.

Le premier extrait de cet entretien n’a rien de rassurant pour la famille royale. On y entend Harry revenir sur leur choix de quitter l’Angleterre, le fameux Megxit, en janvier 2020, et convoquer le fantôme de sa mère, Diana, pour évoquer ce douloureux départ. "Je suis vraiment soulagé et heureux d’être assis ici, en train de vous parler, avec ma femme à mes côtés, confie Harry. Parce que je n’arrive pas à imaginer ce qui a dû se passer pour qu’elle ait lancé ce processus toute seule, il y a tant d’années. Parce que c’était incroyablement dur pour nous mais au moins, on était ensemble."

Cette interview est vécue comme une provocation par Buckingham Palace. D’ailleurs, quatre jours après l’annonce de la diffusion, le Palais a annoncé que le couple était déchu de tous les honneurs liés à la Royauté. Harry a notamment perdu tous ses titres militaires et ses patronages, auxquels il était très attaché.

Depuis que le couple a fait le choix de se mettre en retrait de la vie monarchique, il leur avait déjà été demandé d’observer un devoir de réserve, d’être indépendants financièrement et de ne plus utiliser leurs titres d’altesses royales.

Harry et Meghan ont par ailleurs signé il y a peu un juteux contrat avec Netflix. La plateforme diffuse déjà la série "The Crown" racontant la vie de la reine Elisabeth II, grand-mère de Harry, qui fait scandale au Royaume-Uni pour l’image de pleutre manipulateur qu’elle donne du prince Charles, père de Harry.

"Ils ont pensé qu'ils pourraient faire différemment"

Pour justifier leur départ d’Angleterre, Harry et Meghan évoquent souvent la pression des tabloïds anglais mais ils laissent aussi entendre qu’il n’y a pas que cela. Meghan a notamment eu beaucoup de mal à se plier aux exigences de la Cour. Dans le quotidien britannique The Times, on a pu lire que des employés du Palais parlent de "comportements inacceptables" de sa part. Des "humiliations", des "intimidations" qu’elle leur aurait fait subir. A la suite de ces accusations, Buckingham a même lancé une enquête interne.

Les avocats de Meghan affirment que le Times est manipulé par le Palais pour colporter un récit complètement faux. Selon le spécialiste de la couronne à la BBC Jonny Dymond, le couple a en fait voulu se faire une place à part dans la royauté, ce qui est, selon lui, impossible. "Vous êtes dedans ou dehors. Et ils ont pensé qu'ils pourraient faire différemment. C'était très surprenant. Et il y a cette situation très étrange où c'est à la fois une famille mais aussi une institution d'État. Et ce point de collision entre les deux nous fournit tout cet étrange divertissement qu'est la famille royale britannique."

De son côté, la reine Elisabeth II, imperturbable, ne montre rien. Elle est apparue dernièrement en visio-conférence pour faire la promotion du vaccin contre le Covid-19 ou pour dévoiler (en vidéo) une statue la représentant en Australie. Chaque fois souriante, inamovible au milieu d’une famille qui se déchire, elle tente de sauver les apparences au moment également où son mari, le prince Philip, 99 ans, est hospitalisé depuis plus de deux semaines.

Le prince Harry et Meghan Markle, le 27 novembre 2017.
Le prince Harry et Meghan Markle, le 27 novembre 2017. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)