Législatives anticipées : comme les députés, 22 ministres repartent en campagne

Dissolution de l'Assemblée nationale oblige, 22 ministres, qui ont été élus députés en 2022, sont obligés eux aussi de repartir en campagne.
Article rédigé par Aurélie Herbemont
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Dominique Faure, chargée des collectivités territoriales et de la ruralité, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Franck Riester, chargé du commerce extérieur, le 11 octobre 2023. Photo d'illustration. (ARNAUD DUMONTIER / MAXPPP)

Entre Gabriel Attal et ses ministres, pas moins de 22 membres du gouvernement voient leur siège de député remis en jeu. Pour le Premier ministre, c'est "pas de son, pas d'image" depuis dimanche 9 juin, aucune annonce de candidature à sa réélection dans les Hauts-de-Seine à ce stade. Son entourage ne donne même aucune indication quant à l'organisation de la campagne du chef de la majorité ces prochains jours. Mais pour ses ministres-candidats, ceux-ci ont déjà prévu d'être plus "candidats" que "ministres" ces prochaines semaines. En effet, s'il y a des affaires courantes à gérer, l'urgence est d'être réélu. C’est une chose de risquer sa place au gouvernement, c’est en une autre de ne plus avoir de mandat.

Jongler avec les obligations ministérielles

Déjà déclaré, Gérald Darmanin va lancer sa campagne mardi soir dans le Nord, à Halluin, tout en gardant un œil sur la préparation des JO et la Nouvelle-Calédonie. Le ministre de l'Intérieur essaye toujours d'être deux jours par semaine dans son fief, mais ces trois prochaines semaines ce sera encore davantage, car Jordan Bardella a fait 38% dans sa circonscription.

Le score du RN est aussi dans le viseur du ministre du Commerce extérieur. D'habitude, Franck Riester est souvent en déplacement à l'étranger, mais là, il va se replier sur sa Seine-et-Marne pour "faire campagne à fond". Thomas Cazenave, élu à Bordeaux, n'est même pas rentré à Bercy depuis les européennes. Le ministre du Budget s'est mis en campagne dès dimanche soir, et la ministre des familles Sarah El Hairy débarque mardi à Nantes pour faire du terrain. Pour ceux qui sont proches de Paris, l'astuce pour jongler avec les obligations ministérielles est d'aller faire campagne tôt le matin et tard le soir. Ce que fera, par exemple, la ministre chargée de l'Égalité femmes-hommes Aurore Bergé, candidate dans les Yvelines.

Passer en mode commando

Un chef de cabinet le dit sans détour : "Tout ministre d'Emmanuel Macron est de fait en danger." Dans les ministères, certains évaluent les chances de survie des uns et des autres. Les plus pessimistes en voient cinq assurés d'être réélus, jusqu'à une dizaine si ça ne se passe pas trop mal. Bref, comme le résume un conseiller : "Il faut passer en mode commando !" Une question hante tout ce petit monde : combien seront encore ministres le 7 juillet ? L'hypothèse où Emmanuel Macron a une majorité renforcée n'est pas le scénario privilégié par tous les macronistes. "Soit il y a une coalition à la fin et des ministres actuels vont sauter, résume une conseillère, soit on donne les clés au RN".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.