Cet article date de plus d'un an.

Info franceinfo
Renaissance convoque les cadres de la majorité pour discuter d’une éventuelle alliance avec LR

Dans un mail envoyé samedi, que franceinfo a pu consulter, le secrétaire général du parti présidentiel convoque ses cadres pour une réunion politique. Le brief politique de Jean-Rémi Baudot.
Article rédigé par franceinfo, Jean-Rémi Baudot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'Assemblée nationale, à Paris, le 7 février 2023. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Renaissance convoque les cadres du parti à l’Assemblée nationale pour discuter d’une éventuelle alliance avec LR, révèle ce lundi franceinfo. Même si la question divise en interne, Renaissance réfléchit bien aux conséquences de ce scénario. Le secrétaire général du parti présidentiel Stéphane Séjourné a envoyé un mail aux parlementaires où il les "convie à une réunion politique".

>> Réforme des retraites : la motion de censure déposée par la Nupes à l'Assemblée nationale a-t-elle une chance d'aboutir ?

Ce mail - que franceinfo a pu consulter - a été envoyé samedi 10 juin 2023 aux cadres de Renaissance pour les inviter le 21 juin prochain à 10h à un échange "sur le contexte politique et la stratégie de la majorité". Cette réunion, qui se tiendra au siège du parti présidentiel, a pour objet de clarifier les intentions des membres de la majorité sur la question de savoir s'il est envisageable de travailler avec LR.

Immigration, institutions, budget...

Cette consultation au sommet de l’appareil macroniste est destinée à prendre la température, alors que l’idée d’une coalition avec les LR continue d’agiter la majorité. Cette initiative va dans le sens de la mission qu’Emmanuel Macron a confiée à la Première ministre d’élargir sa majorité, mais ces tractations, très incertaines, ressemblent à un coup de poker.

Sur quels sujets la macronie et la droite peuvent travailler ensemble ? Immigration, institutions, budget sont déjà sur la table. Mais dans l’entourage du président de la République, on dit vouloir garder la main et ne pas subir un accord avec la droite. C’est pour cela que politiquement, l’équation vire surtout au pari bien que Nicolas Sarkozy continue à vendre cet accord. Les LR sont divisés et rien ne dit que faire rentrer quelques têtes au gouvernement assurerait une majorité à l’Assemblée nationale.

Et a contrario, si le gouvernement penche trop à droite une partie de la majorité présidentielle risque de ne plus suivre, le casse-tête est total. L’exécutif reste sous la menace permanente d’une motion de censure et pour l’instant les tractations avec la droite ne répondent pas à cette question.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.