INFO FRANCE INFO : Émeutes urbaines : le patron des députés LR Olivier Marleix réclame un bilan judiciaire à Élisabeth Borne

La droite voudrait vérifier que le discours de fermeté de l'exécutif au moment des émeutes a bien été suivi d'effets. Le patron du groupe Les Républicains à l'Assemblée vient d'écrire, mercredi, à Élisabeth Borne pour le savoir, c'est l'info du brief.
Article rédigé par franceinfo, Aurélie Herbemont
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Le président du groupe les Républicains à l'Assemblée nationale Olivier Marleix, le 17 juillet 2023. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Olivier Marleix a tenté sa chance le 20 septembre auprès d'Éric Dupond-Moretti pour savoir combien de personnes ont été condamnées au final après les émeutes de fin juin-début juillet, mais le garde des Sceaux n'a pas donné suite. Mercredi 18 octobre au soir, le patron du groupe LR à l'Assemblée a donc écrit à l'étage supérieur. Dans un courrier que le service politique de francinfo a pu consulter, il demande à la Première ministre le bilan, département par département, des poursuites et des condamnations après les émeutes, qui avaient donné lieu à près de 3800 interpellations.

>> Émeutes après la mort de Nahel : près de 3700 personnes placées en garde à vue, dont un tiers de mineurs 

Olivier Marleix souhaite connaître le bilan précis parce que la droite voudrait vérifier que le discours de fermeté de l'exécutif au moment des émeutes a bien été suivi d'effets. Éric Dupond-Moretti avait passé la consigne d'une réponse pénale "ferme, rapide et systématique". Trois mois après, Olivier Marleix veut "savoir combien de personnes ont été condamnées, confie-t-il, et combien de parents de mineurs ont été condamnés". Un tiers des personnes interpellées avaient moins de 18 ans, y compris des enfants de 12-13 ans impliqués dans les émeutes. Emmanuel Macron a, à cette époque, appelé les parents à la responsabilité. Le garde des Sceaux a lui-même promis d'utiliser l'article 227-17 du code pénal qui permet de poursuivre les parents des mineurs interpellés. Olivier Marleix souhaite voir si cette menace a bien été mise à exécution.

Olivier Marleix menace de saisir la Commission d'accès aux documents administratifs

Si Élisabeth Borne n'accède pas à la requête d'Olivier Marleix en lui fournissant ces données, le patron du groupe LR menace de saisir la Cada, la Commission d'accès aux documents administratifs, une autorité administrative indépendante qu'on peut solliciter si on nous refuse l'accès à certains documents. "Il serait fâcheux d'avoir à saisir la Cada pour accéder à ces informations", prévient-il dans son courrier à la Première ministre. Si le gouvernement ne répond pas, Olivier Marleix va tout faire pour récupérer les données... pour ensuite les communiquer lui-même. Et si jamais le bilan n'est pas à la hauteur de ce qu'attend LR, la droite en fera évidemment une utilisation politique pour accuser le gouvernement "d'envoyer un message d'impunité destructeur" comme Olivier Marleix l'écrit à Élisabeth Borne.

La lettre envoyée par Olivier Marleix à Élisabeth Borne :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.