Transport aérien : les Jeux olympiques pèseront sur l’activité d’Air France-KLM cet été

Les compagnies aériennes anticipent un bel été pour le trafic de voyageurs, mais elles ne seront pas toutes gagnantes. Air France-KLM anticipe un impact négatif des Jeux sur ses recettes, lié à un phénomène d'évitement de la capitale.
Article rédigé par Emmanuel Cugny
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un Airbus de la compagnie aérienne Air France, à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, en mai 2022. (JEAN-LUC FLEMAL / MAXPPP)

L'été 2024, le trafic voyageur devrait dépasser largement les niveaux de 2019 avant le Covid, selon un communiqué publié mercredi 3 juillet par l’Association internationale du transport aérien. Seulement, toutes les compagnies ne seront pas gagnantes, c’est le cas notamment d’Air France-KLM. Le groupe franco-néerlandais prévient que ses recettes estivales vont pâtir des Jeux olympiques qui provoquent "un comportement significatif d’évitement" de Paris par la clientèle internationale. Ce sont les termes du communiqué de la compagnie. Concrètement, aujourd’hui, Air-France-KLM anticipe un impact négatif des JO sur ses recettes, compris entre 160 et 180 millions d’euros entre juin et août, c’est-à-dire au cœur de la compétition, alors que l’on sera en pleine saison d’été qui, d’ordinaire, permet à Air France de faire le plein de voyageurs.

En 2024, la clientèle veut éviter Paris avec un double effet. Premièrement, la pression sur les recettes est constatée également sur la filiale low-cost d’Air-France, la filiale à bas prix, Transavia. Deuxièmement, le volume de voyages au départ de Paris vers d’autres destinations (européennes ou plus éloignées) est inférieur à la moyenne habituelle entre juin et août. Pour ce qui est des résidents français, Air France constate un report des vacances, avec voyage en avion, après les JO.

Un impact sur les résultats du groupe

Ces projections sont cohérentes avec celles de l’Observatoire économique du tourisme parisien qui prédit pour juillet une chute de 15% des arrivées internationales par rapport à la même période l'année dernière, en 2023. De son côté, le taux de réservation hôtelière pour les dix premiers jours de juillet est de 60%, soit un recul d’une dizaine de points par rapport à l'été 2023. Le phénomène d’évitement de la capitale par les touristes est évident et le trafic lié aux JO (délégations, spectateurs) ne suffit pas à combler le manque à gagner d’Air France.

Si impact il y a, sur les résultats annuels du groupe, il devrait être limité et comblé en partie par les voyages des vacanciers programmés après les JO : après l’évitement, le rattrapage. En 2023, Air France-KLM avait réalisé un bénéfice net de 930 millions d’euros pendant cette période. Pour cette année, on en saura plus lors de la présentation des résultats semestriels le 25 juillet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.