Le brief éco. La Grèce achète à la France six avions de chasse Rafale de plus

écouter (3min)

Le gouvernement grec revoit ses ambitions à la hausse alors qu'il est confronté à de vives tensions avec la Turquie.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un Rafale français, le 11 septembre 2021. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Six avions en plus des 18 autres commandés initialement : la ministre française des Armées, Florence Parly, a confirmé dimanche 12 septembre sur Twitter ce que le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, avait laissé entendre quelques heures plus tôt. Le premier vol du Rafale dans le ciel grec est prévu avant la fin de l'année.

La première partie conclue en janvier dernier pour 18 avions s'élève officiellement à deux milliards et demi d'euros. Il s'agit de 12 avions d'occasion acquis auprès de l'armée française et six appareils neufs achetés à leur fabricant Dassault Aviation. Le montant de la commande totale évoquée dimanche avec les six appareils supplémentaires n'est pas communiqué. Mais la Grèce a fait le choix de la France et la ministre des Armées Florence Parly y voit un signal clair en faveur d'une autonomie de défense européenne.

Bilan des ventes

La commande grecque conclue en janvier dernier a été la première vente du Rafale en Europe. Fin mai, la Croatie a emboîté le pas avec une commande de douze avions d'occasion. Hors Europe, plusieurs pays ont aussi passé commande : le Qatar a acheté jusqu'à présent 36 Rafale, l'Inde 36 également, l'Egypte 24 avec option sur 30 appareils supplémentaires.

Mais l'Europe reste la zone vers laquelle Paris cherche à orienter ses exportations à travers des coopérations pour contrer l'offensive du grand concurrent, le F-35 américain, construit par le groupe Lockheed Martin. La Suisse vient d'en passer commande pour près de cinq milliards d'euros, ce qui mérite un vrai tir de barrage commercial de la part de l'Etat français

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le brief éco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.