Le brief éco, France info

Le brief éco. Google-Carrefour, l’alliance digitale stratégique

Accord signé : l’assistant vocal de notre smartphone ou l’enceinte connectée de Google vont permettre d'ici quelques mois de faire nos courses chez Carrefour.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un supermarché Carrefour à Toulouse (Haute-Garonne).
Un supermarché Carrefour à Toulouse (Haute-Garonne). (REMY GABALDA / AFP)

Carrefour et Google s’unissent pour proposer de nouvelles offres et techniques d’achat aux consommateurs en France. L’enseigne de la grande distribution et le moteur de recherche américain annoncent un accord stratégique qui entrera en vigueur d’ici la fin de l’année.

Un accord "structurant" pour Carrefour

L’assistant vocal de notre smartphone ou l’enceinte connectée de Google (Google Home), nous permettront dans quelques mois de faire nos emplettes en direct chez Carrefour. Tout se passera par oral et nous n’aurons plus qu’à aller retirer les articles dans un point de vente ou se faire livrer à domicile. Les personnes qui n’ont pas d’enceinte connectée pourront profiter des mêmes services via le site Google Shopping. D’ici la fin de l’année, il sera possible d’acheter tous les biens de consommation courante proposés en magasin (du dentifrice à l’électroménager) et à partir de 2019, le service sera ouvert à tous les produits agroalimentaires frais. Une première mondiale puisque même le géant de la distribution américain Walmart ne le fait pas encore. C’est un accord, "structurant" pour Carrefour, dont le président-directeur général, Alexandre Bompard, avait affiché l’ambition en janvier dernier à travers le plan Carrefour 2022 : faire de l’enseigne un leader du e-commerce notamment dans l’alimentaire frais.

Digitalisation à tous les étages

Ce partenariat comprend trois étages. Outre la nouvelle plateforme de e-commerce, Carrefour va développer avec Google dès cet été un  "lab d’innovation" dans lequel les experts de Carrefour travailleront avec les ingénieurs en intelligence artificielle du moteur de recherche américain. Objectif : exploiter des données (les data) pour mieux cibler les besoins des clients. Le troisième étage de la fusée concerne directement les personnels, quelque 380 000 collaborateurs dans le monde. Google va former les équipes et leur offrir des solutions bureautiques et collaboratives.

Vive concurrence dans le e-commerce

Les stratégies d’alliance entre les distributeurs et les géants du numérique s'accélèrent en France. Monoprix, filiale de Casino, s’est récemment allié avec Amazon. Pour Carrefour, l’alliance stratégique est aussi une question d’image. Après les États-Unis, la France est le deuxième pays au monde dans lequel l’enseigne va proposer les courses commandées à la voix. L’occasion de capter une clientèle toujours plus jeune, urbaine et connectée dans l’hexagone. Pour Google, c'est l'occasion de montrer que les affaires continuent malgré les polémiques sur la fiscalité des Gafam. On peut peut-être regretter qu’aucune alternative européenne ne s’offre à Carrefour pour déployer sa stratégie digitale. L’équivalent du Google européen n’existe pas. L’enseigne française, certes présente dans le monde entier, obligée de s'allier avec un américain… tout un symbole. C’est surtout la preuve, une fois de plus, qu’il manque décidément une roue au carrosse européen.

Un supermarché Carrefour à Toulouse (Haute-Garonne).
Un supermarché Carrefour à Toulouse (Haute-Garonne). (REMY GABALDA / AFP)