Le brief éco, France info

Le brief éco. Financement des retraites, ça coince

Le système de financement des retraites va se dégrader plus sévèrement que prévu. Les recettes vont baisser à cause de la réduction du nombre d’agents publics prévue dans les prochaines années.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Deux retraités sur un banc.
Deux retraités sur un banc. (MAXPPP)

Le système de financement des retraites va se dégrader plus sévèrement que prévu. Selon le Conseil d’orientation des retraites (COR), qui publiera son rapport annuel jeudi 13 juin, le déficit atteindra 0,4% du PIB en 2022, soit environ 10 milliards d’euros. 

La situation s’est aggravée depuis le précédent rapport du Conseil qui tablait sur un solde négatif de cinq milliards (0,2% du PIB, la richesse nationale produite) à la fin du quinquennat Macron. Comment s’explique ce doublement du déficit du régime des retraites de 5 à 10 milliards ? Par des dépenses stables mais des recettes en baisse. Il y a donc déséquilibre. Le COR parle pudiquement de "la maîtrise des dépenses publiques à travers les rémunérations et l’emploi des fonctionnaires". En clair, la réduction du nombre d’agents publics prévue dans les prochaines années génèrera moins de cotisations pour le système de retraite et une dégradation du solde. CQFD.

Equilibre du régime repoussé

Espéré pour 2036 dans le meilleur des cas, l’objectif est désormais plutôt 2042 selon le scénario le plus favorable. À condition toutefois de voir les revenus progresser d’1,8% par an. Si la croissance des revenus d'activité se limite à 1,5% par an, aucun retour à l’équilibre ne serait possible avant... 2056. On voit vraiment l’ampleur du problème et l’urgence de réformer la boutique.

Tâche compliquée pour le gouvernement

Le président de la République, Emmanuel Macron, a promis de remplacer les 42 régimes de retraite existants aujourd’hui en France par un système universel, par points, prévu pour entrer en vigueur dès 2025. En tout cas, le rapport annuel du COR a fuité la veille du discours de politique générale que le Premier ministre doit prononcer mercredi après-midi à l’Assemblée nationale. Edouard Philippe parlera évidemment de la réforme des retraites qui devrait être présentée courant juillet. Si l’âge légal de départ restera fixé à 62 ans, on voit d’évidence qu’il faudra trouver une solution pour que les Français travaillent plus longtemps et cotisent plus. C’est ce que sous-entendent très clairement les perspectives du Conseil d’orientation des retraites.  

Deux retraités sur un banc.
Deux retraités sur un banc. (MAXPPP)