Cet article date de plus d'un an.

Flambée des prix de l'énergie : l’État débloque 40 millions d'euros pour le groupe Aluminium Dunkerque

Comme beaucoup d’autres, l'entreprise basée dans le département du Nord rencontre de grandes difficultés en raison de la flambée des prix de l’énergie. L’objectif est de lui permettre de passer l’hiver.

Article rédigé par Emmanuel Cugny
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'usine d'Aluminium Dunkerque à Loon-Plage (Nord).
 (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

L’Etat va débloquer entre quarante et cinquante millions d’euros en faveur de ce qui est aujourd’hui la plus grande fonderie d’aluminium d’Europe, le groupe Aluminium Dunkerque, avec 650 salariés et quelques 200 sous-traitants. Le site de Loon-Plage, à côté de Gravelines, commence à être asphyxié par les coûts de l’énergie qui ne cessent de grimper. L’entreprise, qui produit 280 000 tonnes d’aluminium par an, consomme à l’année en électricité 4Twh, soit pratiquement l’équivalent d’une agglomération comme celle de Marseille.

Réduction de production

Selon la direction, ces quarante à cinquante millions d’aides publiques ne compensent même pas un mois de pertes par rapport aux prix actuels de l’électricité. Aluminium Dunkerque a déjà été contrainte de réduire sa production de 20% mais n’envisage pas pour autant de chômage technique, sauf si la situation se poursuit, voire s’aggrave.

Aluminium Dunkerque n’est pas la seule à être dans cette situation. L’aciérie française Ascoval basée à Saint-Saulve (Nord) annonce qu’elle va également réduire de 50% minimum sa production d’acier, entre octobre et décembre, pour les mêmes raisons. Si on regarde plus largement en Europe, depuis l’automne l’ensemble de l'industrie a déjà réduit d’un million de tonnes sa production d’aluminium, environ 50% de ses capacités.

L’aide que l’État français s’apprête à débloquer pour Aluminium Dunkerque s’inscrit dans le cadre du fonds d’appui lancé en juillet et destiné aux entreprises qui rencontrent des difficultés pour payer leurs factures énergétiques. D’autres mesures sont annoncées dans d'autres secteurs par le ministère de l’Economie et des Finances, comme la possibilité de réviser les prix des marchés publics en cours. C’était une mesure très attendue. Toujours pour les chantiers publics, le seuil des avances accordées aux PME avant le lancement des chantiers va être porté de 20 à 30%. Un peu d’oxygène pour passer un hiver qui s’annonce rude pour notre industrie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.