Cet article date de plus d'un an.

Énergie : le gouvernement lance la concertation sur l’extension de parcs éoliens marins en France

Les préfets ont le feu vert pour dresser des objectifs chiffrés, par façade maritime.
Article rédigé par franceinfo, Emmanuel Cugny
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min
80 éoliennes au large du Croisic pour produire 20% de la consommation électrique de la Loire-Atlantique. (HELENE ROUSSEL / RADIO FRANCE)

Les premiers projets ont été attribués en 2011 mais, de complications administratives en recours d’associations en tous genres, la France ne compte à ce jour qu’un seul parc éolien commercial en fonctionnement. Situé au large de Saint-Nazaire, il fonctionne depuis la fin de l’an dernier, lui-même a fait l’objet de nombreuses polémiques. Aujourd’hui, sept autres projets sont dans les tuyaux. Les dossiers sont plus ou moins avancés mais la France est en retard par rapport à ses voisins allemands, scandinaves et britanniques.

Face aux besoins électriques croissants – rappellons que dans son dernier rapport publié cette semaine, RTE (la structure qui gère le réseau de transport d’électricité) estime que face à l’accélération de notre consommation – notamment pour la voiture électrique – le pays va devoir doubler sa production d’énergies renouvelables d’ici à 2035. L’objectif est énorme. Donc, face à ces besoins croissants, et la nécessité de verdir les énergies, la France envisage quelque 40 gigawatts dans l’éolien offshore à l’horizon 2050. Cela représente une cinquantaine de parcs (un gigawatt correspond à l'alimentation électrique d'environ 1,5 million d’habitants). D’ici 2033, sept à onze gigawatts  pourraient être déployés en Manche et en Mer du Nord ; jusqu’à neuf gigawatts en Nord Atlantique Manche Ouest ; entre deux et cinq sur le Sud Atlantique et jusqu’à quatre à cinq en Méditerranée.

Calendrier prévu

Les préfets viennent de recevoir la circulaire de l’État qui leur demande de lancer les concertations territoriales avec les élus et les acteurs de la mer, pêcheurs, etc. Des débats vont être organisés pour identifier des zones prioritaires de développement de l’éolien maritime jusqu’en 2033 puis 2050. L’objectif étant de dégager une vision stratégique des enjeux économiques, sociaux et environnementaux… et surtout donner de la visibilité à tous les acteurs de terrain et aux citoyens. 

Il y aura des débats publics en région, histoire de se donner du temps pour ne pas agir avec précipitation et ne pas braquer la frange de l’opinion la plus hostiles à ces projets parfois gigantesques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.