Automobile : les ventes de voitures diesel et essence continuent de chuter en Europe

écouter (213min)

Les derniers chiffres concernent le deuxième trimestre. Ils sont communiqués par l’association des constructeurs automobiles européens.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un parking de voitures neuves à Rennes (Ille-et-Vilaine). (PHILIPPE CHÉREL / MAXPPP)

Des chiffres sans appel. Entre avril et juin, les ventes de véhicules à essence ont reculé de 22% par rapport à la même période de l’an dernier. 910 000 immatriculations au total. Repli plus marqué pour la motorisation diesel : moins 28% avec 409 000 voitures vendues. Les véhicules à essence représentent désormais un peu plus de 38% du marché du neuf en Europe contre 17% pour le diesel.

Dans l’ensemble, les ventes sont avant tout freinées par la pénurie de composants électroniques. Près de cinq millions de voitures neuves ont été vendues en Europe au deuxième trimestre. Les principaux marchés affichent tous des chutes à deux chiffres. Mais malgré la baisse des ventes, les voitures électriques et hybrides tirent leur épingle du jeu. Poussées par les bonus à l’achat de voitures moins polluantes – bonus écologique prolongé chez nous jusqu'au 31 décembre – et les aides diverses proposées par les États, les ventes d’hybrides progressent dans des pays comme la France, l’Espagne, la Belgique et la Pologne, mais reculent en Italie et en Allemagne. En moyenne, les ventes de voitures hybrides ont reculé de 2% le mois dernier.

Succès de l’électrique

La voiture 100% électrique est la seule à progresser dans les ventes. Entre avril et juin, les ventes de véhicules électriques ont augmenté de 11% mais la conquête du marché est ralentie par les problèmes d’approvisionnement accentués par la guerre en Ukraine

Quoi qu'il en soit, nous sommes encore très loin des objectifs européens. Pour réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves à l’horizon 2050, Bruxelles interdira les ventes de moteurs thermiques au profit du 100 % électriques à partir de 2035. Premier mode de déplacement des Européens, l’automobile représente encore aujourd’hui près 15% des émissions de CO2 totales de l'Union européenne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.