Cet article date de plus d'un an.

Alerte : les escroqueries aux produits financiers en augmentation sur internet

La quasi-totalité des offres frauduleuses concerne de faux crédits ou livrets d’épargne. 

Article rédigé par Emmanuel Cugny
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min
Un homme utilise son ordinateur portable. (DINOCO GRECO / MAXPPP)

Le gendarme des banques tire le signal d’alarme face à la recrudescence d’offres de produits vendus sans autorisation sur internet. C’est le grand public qui est visé. De manière générale, il s’agit de produits vendus à des conditions financières beaucoup plus attractives que celles des banques, assurances et autres établissements financiers traditionnels. Les placements, ou les contrats proposés, sont très alléchants car présentés comme très rentables et sans risque de perte en capital. Bien sûr, ils promettent de gagner rapidement beaucoup d’argent.

Dans près de 60% des cas, ces offres usurpent l’identité d’un établissement ou d’un intermédiaire financier officiellement autorisé à commercialiser de tels produits. Cela peut être le nom d’une grande banque commerciale. La quasi-totalité des offres frauduleuses concerne de faux crédits ou livrets d’épargne. Il faut également faire très attention aux services de paiement en ligne et aux contrats d’assurance.

Recommandation de l’ACPR

Le gendarme des banques, l’Autorité de contrôle prudentiel de résolution (ACPR), annonce avoir inscrit l’année dernière sur sa liste noire quelque 1 240 sites ou entités non autorisés. Et le nombre ne cesse d’augmenter : +3% entre 2021 et 2022. Concernant les produits litigieux vendus, la liste ne peut pas être exhaustive car elle évolue en permanence.

Quand la mise est trop facile, l’offre doit être considérée comme louche. L’autorité met en garde particulièrement les jeunes, très sollicités par ce genre de services. En cas de doute, il est conseillé d’appeler son banquier ou son assureur pour plus éclaircir l’offre. On peut aussi se renseigner directement ou formuler une réclamation sur le site du gendarme des banques qui dépend de la Banque de France .

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.