Le billet sciences, France info

Une nouvelle espèce de café bientôt dans notre tasse ?

Vous êtes plutôt Arabica ou Robusta pour le café? Demain, vous direz peut-être que vous êtes coffea stenophylla. Des chercheurs européens viennent d'identifier cette espèce sauvage comme plus résistante aux conditions climatiques et bien appréciée des professionnels.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des tasses de café. Photos d\'illustration.
Des tasses de café. Photos d'illustration. (LUIS ACOSTA / AFP)

On l’aime sucré ou serré, mais le café du matin pour beaucoup c’est sacré ! Pourtant, ses plantations sont menacées. Heureusement, des chercheurs viennent de trouver une nouvelle espèce de caféier plus résistante et déjà appréciée. En effet, ces chercheurs du Cirad de Montpellier et du Kew Garden anglais viennent d’identifier une espèce sauvage de café un peu oubliée et cultivée en Afrique de l’Ouest qui présente des caractéristiques agronomiques et gustatives intéressantes. Une plante digne de l’arabica, le plus haut de gamme, selon leur communiqué publié la semaine dernière. Il s'agit du coffea stenophylla.

Les caféiers ont besoin d’eau et de fraîcheur pour pousser sur les pentes d’une cinquantaine de pays tropicaux dans le monde. Des pays qui sont les principales victimes du changement climatique aussi. En plus, nous ne buvons que deux espèces de café: l'arabica et le robusta (56% et 43%). Les maladies comme la rouille les mettent aussi en péril. Une étude du Climate Institute australien estime même qu’en 2050 la production d’arabica va baisser de moitié. Les caféiers sauvages pourraient totalement disparaitre en 2080. Vous comprenez pourquoi depuis plusieurs années, déjà un consortium européen s’est lancé à la recherche de l'adaptation de nos cafés et d'espèces plus résistantes. Pour cela, ils regardent dans leur banque de graines de café sauvage. C’est comme ça qu’ils ont identifié le coffea stenophylla qui se cultive à des températures 2°C plus chaudes que le robusta et 6°C de plus que l’arabica, selon une étude publiée la semaine dernière dans la revue Nature Plants. Maintenant, il faut pouvoir diffuser cette semence aux plantations puisque la plupart des 25 millions de producteurs sont de petits exploitants.

Le coffea stenophylla, plébiscité lors d'un test à l'aveugle

Avec deux milliards de tasses bues chaque jour dans le monde, l’industrie du café n’a pas l’intention de lancer n’importe quel produit dont les consommateurs ne voudraient pas. C’est pourquoi les chercheurs ont organisés en décembre dernier une dégustation à l’aveugle avec les plus grand "nez" du café européen : de Nespresso, Starbucks mais aussi l’Arbre à café. Résultats : ils ont répéré le stenophylla et ses notes de jasmin et de fleur de sureau. Beaucoup l'ont comparé à un arabica haut de gamme même si presque la moitié d'entre eux avaient répéré une nouveauté. Alors vous ne l’aurez pas forcément demain dans votre tasse pour vous faire votre avis. Il faut maintenant vérifier si la plante s’adapte au terrain. Le Cirad va commencer l’expérience en Sierra Léone, cette année. Il faudra attendre cinq à sept ans avant de le trouver en petite quantité mais si l’expérience est concluante, il deviendra ensuite plus répandu. Les chercheurs continuent de regarder si d’autres espèces peuvent nous rendre le même genre de services et si on peut adapter les plantations actuelles à mieux résister aux évolutions du climat. En tous cas, pour ceux qui ne veulent pas se passer du café du matin !   

Des tasses de café. Photos d\'illustration.
Des tasses de café. Photos d'illustration. (LUIS ACOSTA / AFP)